Animaux domestiques : non, la race d'un chien ne détermine pas sa personnalité

écouter (3min)

Le tempérament d'un chien n'est pas déterminé pas sa race, mais celle-ci influence beaucoup son espérance de vie : c’est ce qui ressort de deux études qui viennent d’être publiées.

Article rédigé par
Anne Le Gall - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un jeune chiot dans l'herbe. (MARTINE BRÉSON / RADIO FRANCE)

On a tous en tête quelques clichés : les labradors sont affectueux et sociables quand les pitbulls et rottweilers sont plus agressifs. Mais, en réalité, ces traits de personnalité ne sont pas vraiment liés à la race, indique une vaste étude américaine, parue dans la revue Science. Les chercheurs ont en effet étudié la génétique de plus de 2 000 chiens et étudié les questionnaires remplis par 18 000 propriétaires. Résultat : au moins 80% de l’apparence d’un chien est lié à son ADN (sa taille, son pelage, la forme des oreilles par exemple), mais moins d’un quart des différences de personnalité d’un chien à l'autre peuvent être expliquées par la race et la génétique.

Les scientifiques ont ainsi retrouvé onze endroits du génome associés à des caractéristiques du comportement. La race peut jouer un rôle sur le fait que certains chiens sont plus sportifs que d'autres. Par exemple : les borders collies sont en général plutôt obéissants en moyenne, les beagles et les limiers ont davantage tendance à hurler que d’autres chiens. Mais concernant la sociabilité avec l’homme, la timidité, ou l’agressivité, la race n’explique que 9% des différences de comportement. C’est davantage l’environnement, la personnalité, l'âge et l'éducation du chien qui jouent.

L’espérance de vie d’un chien varie du simple au double

En revanche, l’espérance de vie des chiens varie considérablement selon les races. C’est le résultat d’une autre étude qui porte sur plus de 30 000 chiens de 18 races différentes. Il ressort que l’espérance de vie d’un chien varie du simple au double  :  c’est le jack russel, le yorkshire et le border collie qui vivent le plus longtemps (une douzaine d'année). Les épagneuls, labradors, bergers allemands sont au milieu du tableau avec 10 ans d'espérance de vie en moyenne, mais les bouledogues ou les carlins n’ont que quatre à sept ans d'espérance de vie : ce sont autant de chiens dont le museau court, accroît les problèmes de santé.

De façon générale, nous dit cette étude, l'espérance de vie est plus grande chez les femelles non stérilisées et les chiens de petite taille. Et selon le Guinness des records, le doyen des chiens du monde, est actuellement un chihuahua âgé de 21 ans, l’équivalent de 110 ans en âge humain.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Guinness World Records (@guinnessworldrecords)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.