Cet article date de plus d'un an.

Alimentation : le Nutri-score va évoluer l’an prochain, voici ce qui va changer

Le Salon international de l'alimentation (SIAL) s'est ouvert à Paris. Le Nutri-score évolue car son algorithme doit changer à la fin de cette année.

Article rédigé par franceinfo - Anne Le Gall
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des Nutri-score sur des produits alimentaires. (JEAN-FRANCOIS FREY / MAXPPP)

Le comité de pilotage européen doit donner en fin d’année un calendrier aux industriels pour actualiser leurs étiquettes, et ce nouveau Nutri-score devrait apparaître dès l’année prochaine. Visuellement, nous allons garder la notation par une couleur allant du vert au rouge, et par une lettre allant de A à E. Mais les règles de calcul vont évoluer pour suivre les recommandations du comité scientifique international de suivi du Nutri-score.

>> Au Sial, des produits bons pour soi et bons pour la planète

Avec le nouvel algorithme, les produits riches en sucre ou en sel seront notés plus sévèrement, notamment les produits laitiers sucrés. Le logo fera aussi la distinction entre viande rouge et viande de volaille, il valorisera les poissons gras riches en oméga 3, et permettra de donner une moins mauvaise note aux fromages à pâte dure avec des quantités de sel limitées (comme l’emmental). Enfin, les produits riches en fibre – moins raffinés – se retrouvent aussi mieux valorisés.

Un logo nutritionnel plus efficace

Des équipes de recherches ont confirmé, au niveau international, que la consommation régulière d’aliments moins bien notés par le Nutri-score, est associée à un risque plus élevé de maladies chroniques : cancer, ou maladie cardiovasculaire notamment rappelle le professeur Serge Hercberg de l'Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle. Ce logo est par ailleurs bien accepté et compris par les consommateurs, mais il est aussi critiqué par le fait qu’il pénalise mécaniquement certains produits gras et salés, notamment artisanaux, indépendamment de la quantité consommée et du mode de fabrication. Autre critique du logo, son côté facultatif : 40% des produits alimentaire français ne portent toujours pas de Nutri-score dénonce notamment l'UFC que Choisir.

La présence d’additifs alimentaires ou d’édulcorant n'est pas encore prise en compte dans la nouvelle notation mais c'est à l’étude pour une version ultérieure car de plus en plus de travaux de recherche établissent en effet un lien entre la consommation régulière d’aliments ultra transformés et certaines pathologies : cancer colorectal qui est 29 % plus élevé chez les hommes notamment ou risque d'obésité accru de 45% chez les adolescents. C'est pour cela qu'une piste est discussion : celle de faire apparaître un bandeau sombre autour du Nutri-score, quand le produit est ultra-transformé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.