Nous sommes un écosystème !

écouter (3min)

Nous abritons tout un écosystème de microbes. On le sait, c’est pour ça qu’on se soigne de plus en plus massivement avec des probiotiques. Mais l’ampleur de l’influence de ces bactéries, champignons, etc. qui vivent en nous, se révèle maintenant. Le magazine "Science" en fait un numéro spécial.

Article rédigé par
Mathilde Fontez - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le corps humain en bonne santé est un système où abondent les bactéries, les virus et champignons que nous acquérons dans les premiers jours de notre vie. (Illustration de Hannah Agosta) (SCIENCE / HANNAH AGOSTA)

La communauté scientifique prend acte du rôle très important des populations de microbes qui vivent en nous, en grande partie dans nos intestins, mais aussi dans la bouche, sur la peau. Notre microbiote joue un rôle dans les maladies que nous déclarons (allergies, cancer), et même sans doute dans notre comportement. Décryptage avec Mathilde Fontez, rédactrice en chef du magazine scientifique Epsiloon.


franceinfo : On parle de microbes aujourd’hui, de virus, de bactéries, mais pas du Covid : des microbes qui vivent en nous ?

Mathilde Fontez : Oui, on le sait, ça fait déjà plusieurs années qu’on en parle : le fameux microbiote, cette colonie de microbes qui peuplent nos intestins, et nous protègent des maladies, c'est notre écosystème. Les médecins prescrivent d’ailleurs couramment des médicaments probiotiques pour les préserver – quand on est obligé de prendre des antibiotiques par exemple.

Mais on est seulement maintenant en train de prendre conscience de l’ampleur de cette population de microbes, et de son importance pour notre santé. Cette prise de conscience fait la UNE cette semaine du célèbre magazine de publications scientifiques Science.

Ces microbes ne jouent pas seulement un rôle dans notre digestion…

Non ! C’est le moins qu’on puisse dire. D’abord, on a découvert qu’il n’y en avait pas seulement dans nos intestins – même si c’est la plus grande population. Il y en a aussi dans notre bouche, sur notre peau, dans notre nez. Même dans nos poumons, alors qu’on a longtemps pensé qu’ils étaient une zone stérile.

Et leur nombre est colossal : il y a 10 millions de microbes sur chaque centimètre carré de nos mains. 10 000 milliards dans notre corps entier : on en a autant que de cellules ! Surtout, les chercheurs ont découvert qu’ils jouent un rôle très important dans de nombreux mécanismes : dans notre immunité, dans nos allergies, dans de nombreuses maladies : Alzheimer, les cancers, les maladies cardiovasculaires.

En fait, il n’y a pas un pan de la médecine qui ne s’intéresse pas au microbiote ?

C’est tout à fait ça. C’est d’ailleurs ce que remarquent aujourd’hui les quatre chercheurs qui signent cet article dans Science : tous les domaines de la médecine ont pris conscience qu’il faut comprendre le rôle de ces microbes pour comprendre notre métabolisme. On les étudie même en neurologie.

Ils auraient une influence sur notre cerveau ?

Ça n’a pas encore été montré chez l’homme. Mais chez les animaux oui. Le microbiote semble associé au développement et au fonctionnement du cerveau. Jusqu’à modifier les comportements émotionnels et cognitifs : des chercheurs viennent de montrer par exemple qu’il module l’anxiété des souris. On a vu aussi qu’ils jouent sur le choix des partenaires sexuels chez la mouche.


Nos microbes pourraient donc carrément influencer nos comportements, notre caractère. Et ce que disent les spécialistes aujourd’hui, c’est qu’il faut les étudier comme un écosystème : on parle de comprendre l’écologie de notre corps. Ça fait un peu New Age dit comme ça, mais c’est devenu un enjeu majeur pour la médecine : étudier le dialogue entre les communautés de microbes qui nous habitent, Et entre ces communautés et nous, pour mieux comprendre comment on fonctionne, et mieux nous soigner.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.