La médaille du jour, France info

La médaille du jour. Quatre demandeurs d'asile courent la "SaintéLyon"

Quatre réfugiés originaires d’Afghanistan et de Guinée ont couru les 73 kilomètres de la course entre Saint-Etienne et Lyon, disputée en nocturne samedi. Ils sont hébergés depuis un an au Centre d'accueil et d'orientation d'Annecy.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoJérôme CadetRadio France

Mis à jour le
publié le

Les quatre réfugiés d’Afghanistan et de Guinée, la \"Team Liberté\", s\'entrainent à Annecy, le 29 novembre 2017.
Les quatre réfugiés d’Afghanistan et de Guinée, la "Team Liberté", s'entrainent à Annecy, le 29 novembre 2017. (JEFF PACHOUD / AFP)

Quatre demandeurs d'asile, Mahdi, Alseny, Rauf, et Amir, originaires d’Afghanistan et de Guinée ont couru la SaintéLyon samedi 2 décembre. Cette course à pied de 73 km entre Saint-Etienne et Lyon a rassemblé près de 17 000 concurrents. Ces quatre jeunes gens ont fui la guerre ou la prison pour raison politique et ils vivent depuis un an au Centre d'accueil et d'orientation (CAO) d'Annecy. C'est là que les a découverts Cyrille Jeancler, président de la section de la Ligue des droits de l'homme à Annecy. Il est frappé par leur quotidien : "les demandeurs d'asile ne font rien de leurs journées. Ils s’ennuient." Passionné de trail, il décide de les emmener courir.

La première sortie a lieu au-dessus du lac d'Annecy : "Tous les quatre crapahutaient plutôt bien. Je me suis dit qu'il y avait quelque chose à faire." Il les inscrit pour une première course en relais, disputée en montagne, la Maxi Race. Ils en redemandent. Direction la SaintéLyon, ce week-end. L'équipe composée de quatre relayeurs est baptisée Team Liberté. Elle est équipée grâce aux dons de magasins de la région. L'organisateur de la course leur ayant offert les dossards.

Courir pour s'intégrer plus rapidement

Le sport est "un vecteur d'intégration important dans une société", déclare Alseny Camara, l'un des quatre relayeurs. Ce que confirme une encadrante du Centre d'accueil et d'orientation d'Annecy. "Le repli sur soi et la peur d'être rejeté dominaient au sein du centre", dit-elle. Leur performance a agi comme un détonateur et le sport a créé un pont vers l'extérieur et vers l'apprentissage du français." Dimanche 3 décembre, ils ont terminé 202e. Ce n'était pas l'essentiel...

Les quatre réfugiés d’Afghanistan et de Guinée, la \"Team Liberté\", s\'entrainent à Annecy, le 29 novembre 2017.
Les quatre réfugiés d’Afghanistan et de Guinée, la "Team Liberté", s'entrainent à Annecy, le 29 novembre 2017. (JEFF PACHOUD / AFP)