La médaille du jour, France info

La médaille du jour. Quand le ministre des Sports espagnol tweete qu'il n'aime pas... le sport

Le ministre des Sports espagnol Maxim Huerta est moqué pour des tweets qui datent de 2010. Pendant ce temps-là, aux Etatst-Unis, le président de Philadelphie (NBA) a du démissionner à cause de tweets envoyés par son épouse. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Maxim Huerta, ministre espagnol des Sports et de la Culture, à Madrid (Espagne), le 7 juin 2018.
Maxim Huerta, ministre espagnol des Sports et de la Culture, à Madrid (Espagne), le 7 juin 2018. (RODRIGO JIMENEZ / EFE)

Attention aux messages que vous ou vos proches laissez sur les réseaux sociaux. Dernier exemple en date : en Espagne, la presse vient d'exhumer les tweets du nouveau ministre des Sports, Maxim Huerta, journaliste et écrivain. Dans un message de 2010, il cite Umberto Eco qui "deteste les sportifs" et explique que lui-même "déteste le sport". "Ça surestime le physique !"

Pas de chance, il vient d'être nommé ministre des Sports. Le journal espagnol Marca a mis ces vieux messages à la une et lancé la polémique. Huerta a précisé sa pensée : "Je n'aime pas pratiquer le sport mais (j'aime) le sport, car les sportifs sont des héros."  Attention quand même de ne pas en faire trop... 

Un président d'équipe de basket démissionne à cause de tweets envoyés par son épouse

Le ministre espagnol reste en poste. En revanche, aux Etats-Unis, des messages ont conduit à la démission du président des 76ers, l'équipe de basket NBA de Philadelphie, Bryan Colangelo. Le problème, ce ne sont pas les tweets qu'ils envoyaient mais ceux de sa femme. Depuis des mois, son épouse se servait de comptes anonymes pour critiquer les joueurs de son mari. Untel à la grosse tête, un autre ne sait pas shooter, le troisième est trop vieux, le tout dans un langage fleuri.

Dans un premier temps la presse avait accusé le président du club d'être l'auteur de ces messages, ce qu'il avait démenti. Pour prouver son innocence, il a lancé une enquête interne qui a conduit à l'implication de sa propre épouse. Elle aurait publié ces messages pour le soutenir. C'est raté, il a démissionné.

Maxim Huerta, ministre espagnol des Sports et de la Culture, à Madrid (Espagne), le 7 juin 2018.
Maxim Huerta, ministre espagnol des Sports et de la Culture, à Madrid (Espagne), le 7 juin 2018. (RODRIGO JIMENEZ / EFE)