L'invité de 8h30, France info

Hausse des taxes sur les carburants : "Ce qui est insupportable, ce sont les inégalités" entre les Français, selon Stéphane Troussel

"On peut comprendre la colère des Français face à cette situation", a réagi Stéphane Troussel, le président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, invité de franceinfo.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Stéphane Troussel, le président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, invité de franceinfo le 3 novembre 2018.
Stéphane Troussel, le président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, invité de franceinfo le 3 novembre 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Ce qui est insupportable, ce sont les inégalités" entre les Français, a réagi sur franceinfo samedi 3 novembre Stéphane Troussel, président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, après les propos du Premier ministre Édouard Philippe sur la hausse des taxes sur le carburant. En déplacement au Vietnam, le Premier ministre a déclaré que c'était "compliqué mais il n'y a pas le choix", soulignant le besoin de combattre les émissions de gaz à effet de serre.

"On peut comprendre la colère des Français face à cette situation, parce qu'il y a un double problème", selon Stéphane Troussel. "Il y a à la fois un problème de pouvoir d'achat et un problème de transparence de l'utilisation de ces taxes. Sortir du tout diesel c'est une absolue nécessité, mais ce jackpot fiscal, plus de 50 milliards d'euros, il y a seulement entre 10 et 20 milliards d'euros qui vont servir à la transition écologique. C'est insupportable."

Pour l'élu PS de Seine-Saint-Denis, "ce qui est insupportable, ce sont les inégalités. Chacun voit bien depuis 18 mois qu'il [Emmanuel Macron] a surtout mis de l'argent de côté pour servir ses amis les plus riches. Les Français de la catégorie moyenne payent l'addition. La transition écologique est une nécessité, encore faut-il qu'il utilise cette cagnotte fiscale pour cela."

"Ça suffit, ces déclarations, ces coups de menton"

Interrogé au sujet des violences lors de la nuit d'Halloween, Stéphane Troussel a déclaré le "niveau d'insécurité et de délinquance (...) inacceptable". Selon Stéphane Troussel, il y a un manque de moyens pour lutter contre l'insécurité. "On ne fera pas dans ce pays plus de sécurité, plus de tranquillité, avec moins de services publics. Je voudrais surtout qu'il [Christophe Castaner] mette plus d'effectifs de police dans un certain nombre de commissariats dans des quartiers en banlieue, parce que la réalité, c'est qu'en dépit de toutes nos alertes, il n'y a pas de réaction du gouvernement à la hauteur de la situation", a déclaré l'élu PS de Seine-Saint-Denis.

D'après Stéphane Troussel, "le gouvernement ne met pas les moyens nécessaires dans un certain nombre de territoires". Prenant le cas de son département, la Seine-Saint-Denis, l'élu est revenu sur un rapport parlementaire qui alertait sur l'état de la police et de la justice, et "de l'insuffisance d'officiers de police judiciaire pour traquer, arrêter, mener les enquêtes, aller jusqu'au bout, faire condamner. Il y a ce sentiment d'impunité qui peut s'exprimer chez un certain nombre d'individus. On ne fera pas plus de sécurité avec moins de moyens publics."

"Pour un rassemblement le plus large possible"

Pour Stéphane Troussel, il faut à tout prix que la gauche se rassemble en vue des élections européennes. "Aujourd'hui, quand on regarde les textes que les uns et les autres ont adoptés, que ce soit le Parti socialiste, Génération.s, le Parti communiste ou Europe-Ecologie-les-Verts, que quelqu'un me dise s'il y a des choses si fondamentalement différentes qui nous empêcheraient de nous rassembler."

"Je n'ai pas envie d'une gauche totalement morcelée le soir du 26 mai, parce que ce serait mauvais pour l'Europe, et ce serait mauvais pour la construction d'une alternative dans ce pays", a t-il affirmé. Selon lui, "toutes les initiatives, celle de Ségolène Royal, celle de Raphaël Glucksmann, qui permettront d'aller vers le rassemblement le plus large possible, moi je les soutiendrai. Le Parti socialiste a adopté son texte, il choisira son candidat mais jusqu'au bout, j'agirai pour un rassemblement le plus large possible." 

Parmi les candidats qui pourraient rassembler les partis de gauche, le nom de Ségolène Royal est de plus en plus évoqué. Selon Stéphane Troussel, "Ségolène Royal a une forte légitimité tant sur l'écologie que sur l'Europe."

Stéphane Troussel, le président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, invité de franceinfo le 3 novembre 2018.
Stéphane Troussel, le président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, invité de franceinfo le 3 novembre 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)