Cet article date de plus de huit ans.

Sarkoleaks : Guaino parle de "viol" et demande des sanctions

écouter
Invité ce mercredi de France Info, Henri Guaino a réagi aux révélations du Canard enchaîné sur les enregistrements de Patrick Buisson. L'ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy fait partie de ceux dont les propos ont été enregistrés à son insu. Il n'a pas encore décidé s'il allait ou non porter plainte mais il espère des sanctions. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

"C'est un sentiment d'effarement. Je n'aurais pas
imaginé que quelqu'un soit capable de faire une chose pareille, a fortiori
quelqu'un qui était un conseiller du président de la République. C'est déjà
quelque chose d'inacceptable pour un citoyen ordinaire qui enregistrerait ses
proches sans les prévenir. C'est encore plus invraisemblable, encore plus insupportable
s'agissant d'un collaborateur du président de la République
" réagit Henri
Guaino.

Et il va plus loin encore :

"Nous vivons tous cet événement
comme une sorte de viol."

Mais le député des Yvelines n'a pas encore décidé s'il
allait ou non porter plainte. Mais il s'interroge : "Peut-on laisser
totalement impuni ce genre de comportement? Il ne faut pas que cette affaire
devienne un exemple à suivre pour d'autres".

* Henri Guaini pose aussi la question de la publication de ces bandes saisies dans le cadre d'une perquisition
judiciaire sur l'affaire des sondages. Elles "
étaient détenues par la
Justice. Je voudrais savoir comment ces bandes sont passées du circuit
judiciaire aux journaux qui aujourd'hui les publient. Quelqu'un a volé les bandes pour les donner à la presse. Cela aussi mérite une sanction, une sanction très
lourde."*

A LIRE
AUSSI
►►► Affaire Buisson : des enregistrements pirates de Sarkozy dévoilés 

A LIRE AUSSI►►►  La droite empêtrée, du Sarkoleaks au
Copégate 

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.