Cet article date de plus de huit ans.

La CGPME, le pacte et l'emploi : "Aucun engagement chiffré"

écouter (5min)
Invité ce jeudi matin de France Info, Jean-François Roubaud, le président de la CGPME, a insisté sur le décalage entre la baisse des charges promise par le gouvernement dans le cadre du pacte de responsabilité et les créations d'emploi, un décalage de trois à quatre ans. Il refuse donc de prendre d'engagements chiffrés. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

"Il n'y a pas de relation directe entre la baisse
des charges et l'emploi, malheureusement. Sinon ce serait trop facile. Si on
baisse nos charges, on aura des marges qui vont augmenter. Et avec cette
reconstitution de marges, on créera de l'emploi et on fera de
l'investissemen
t" affirme Jean-François Roubaud. "Mais il y a un
décalage de temps,  mesuré par l'Insee :
de l'ordre de trois à quatre ans"
. Autrement dit : "Par le pacte de
responsabilité, il n'y a pas d'emplois directs créés. Il n'y a pas de relation
directe."

Conclusion logique, pour ce représentant des employeurs :
"Je ne m'engagerai sur aucun engagement chiffré. Je suis incapable, en
tout cas à la CGMPE, de donner des engagements chiffrés en contrepartie."

Le président du MEDEF, Pierre Gattaz, arbore un pin's sur
lequel il est écrit "un million d'emplois ". A-t-il tort ?
"Chacun mène la politique qu'il souhaite. Moi, je lui ai dit que j'étais
incapable de proposer un million d'emplois (...) Ce pin's est un petit peu
désagréable, incompréhensible".

Intermittents du
spectacle : "Il faut regarder pourquoi il y a des aberrations"

Les négociations sur l'assurance-chômage reprennent
aujourd'hui. Le MEDEF et la CGPME proposent de supprimer le régime spécifique
des intermittents du spectacle, ou au moins de le durcir : aujourd'hui, pour
être indemnisés, les intermittents doivent travailler 507 heures sur dix mois
(artistes) ou sur dix mois et demi (techniciens). Le gouvernement accuse ces
organisations de vouloir "tuer la culture ".

La réponse de Jean-François
Roubaud : "Je n'ai pas dit qu'il fallait tout jeter. Il faut regarder
pourquoi il y a des aberrations. 4% des chômeurs sont des intermittents et ils
coûtent au régime 25%. Il y a quelque part une anomalie. Tout cela a un coût,
il faut bien qu'on rééquilibre. Et si l'Etat ne veut pas toucher à cela, que
l'Etat le prenne en charge.
.." argumente-t-il. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.