Cet article date de plus de neuf ans.

Journée de la femme : NKM, Ségolène Royal et "son ex"

écouter
Invitée de France Info ce vendredi, Nathalie Kosciusko-Morizet qui est candidate à la primaire de l'UMP à Paris, a critiqué le projet de faire financer le Grand Paris par une hausse des PV. Après s'être inquiétée du retour du sexisme. L'occasion de prendre la défense de Ségolène Royal : "Je ne souhaite à aucune femme de dépendre pour une nomination de son ex".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

"Le parcours de Ségolène Royal, il est très rude. Voilà une
femme qui a été candidate à la présidentielle. Il y a des millions de Français
qui ont voté pour elle. Ce n'est pas mon cas mais c'est une réalité. Et
aujourd'hui on ne lui confie pas de responsabilités. On la case dans un organisme
bancaire
"
a affirmé NKM reléguant ainsi au titre "d'organisme bancaire" la Banque publique d'investissement, la "banque de la reconstruction industrielle " pour reprendre les mots d'Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif.

Et Nathalie Kosciusko-Morizet de mettre les points sur les "i", toujours à propose de Ségolène Royal : "Je ne souhaite à aucune femme de dépendre pour une
nomination de son ex."

La candidate à la primaire UMP pour Paris conteste l'éventualité de faire financer par une hausse des PV le projet du Grand Paris : "Financer un projet à partir d'un système punitif est pas à la hauteur des enjeux."

Enfin NKM a considéré "comme un honneur" d'être critiqué par le Front national.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.