Cet article date de plus de sept ans.

Cosse : "Il me semble essentiel que la gauche se réveille"

écouter
Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts, était l'invitée de France Info jeudi matin, alors que dans la nuit l'Assemblée nationale a voté le remplacement de l'écotaxe par un péage poids lourds.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

"On ne va pas assez loin, c'est une taxe a minima ", réagit Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, alors que dans la nuit l'Assemblée nationale a voté le remplacement de l'écotaxe par un péage poids lourds. Les députés écologistes n'ont pas voté pour, certains ont même voté contre.

"L'écotaxe visait a réduire le trafic routier, à favoriser d'autres modes de déplacement. Le problème aujourd'hui c'est qu'on réduit considérablement les voies qui sont concernées : 4.000 au lieu de 15.000, et les ressources de cette taxe sont divisées par deux ", explique-t-elle, alors que "l'ensemble des projets d'infrastructures des transports " ont été pensés avec cet argent-là.

Le gouvernement assure que ces projets seront quand même réalisés. "Avec quel argent ? ", demande Emmanuelle Cosse. Une re-nationalisation des autoroutes ? "Toutes les pistes doivent être étudiées ", dit-elle.

Réduire la dette :  "L'enjeu c'est le rythme et les cibles"

Egalement interrogée sur les mesures d'économies du gouvernement, Emmanuelle Cosse indique que les députés écoogistes se prononceront à l'issue du débat parlementaire. "Les écologistes n'ont pas été opposés à un but de réduction de la dette, l'enjeu c'est le rythme et les cibles pour faire ces économies " : est-ce qu'il faut vraiment 50 milliards en moins ? Est-ce qu'on fait des économies sur les prestations aux ménages, ou sur les aides aux entreprises ?

La secrétaire nationale d'EELV déclare enfin, à propos des relations des écologistes avec le reste de la gauche : "Quand le Front national gagne l'élection, il me semble essentiel que la gauche se réveille, travaille, se pose des questions, et aussi regarde notre système démocratique : est-ce normal qu'il fonctionne comme cela ? "

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.