Cet article date de plus de neuf ans.

Bayrou et l'affaire Tapie : l'Etat "a le devoir" de faire un recours

écouter
Invité de France Info ce jeudi matin, le président du MoDem a réaffirmé sa "certitude" que l'arbitrage contesté dans l'affaire Adidas-Crédit Lyonnais n'avait pu "se réaliser sans qu'il y ait approbation ou même inspiration par le sommet de l'Etat en France."
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

"Les enquêtes qui convergent et maintenant les mises en examen montrent qu'il y a un très fort soupçon d'une manœuvre organisée au sein
même de l'Etat, une manœuvre concertée, réfléchie, voulue, approuvée pour qu'on
détourne une somme colossale, plus de 400 millions d'euros pour l'apporter aux
fins que vous savez"
a affirmé François Bayrou.

Et il fait part de ses certitudes : "C'est une affaire préparée et voulue
de très longue main. La deuxième c'est que cette affaire ne pouvait pas se
réaliser dans qu'il y ait approbation ou même inspiration par le sommet de l'Etat
en France. Il n'y a personne en France connaissant l'Etat qui  puisse soutenir que ça n'a pas été approuvé au
plus haut de sommet de l'Etat, sans que le président de la République lui-même ait
donné son approbation, son feu vert."

Pourquoi?* Il refuse de répondre à cette question. Mais il estime que cette affaire sera "l'une des plus graves de la Ve République". * Il affirme donc que l'Etat a le devoir de remettre en cause la sentence
arbitrale, "de faire un recours"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.