Cet article date de plus de neuf ans.

Que vont devenir les anti-mariage gay ?

écouter (5min)
La loi sur le mariage pour tous a été promulguée et les anti-mariage gay continuent malgré tout de manifester. Mais combien de temps et vers qui vont-ils se tourner ensuite ? Peut-être vers le Front national car le mouvement risque de se radicaliser.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
  (©)

L'UMP n'appellera plus à manifester après le 26 mai, c'est
une "fin de partie ", a déclaré Jean-François Copé, sur France Info mardi matin. Le président de l'UMP
veut faire de cette dernière manifestation contre le mariage pour tous un rendez-vous
contre la politique du gouvernement, mais reconnaît qu'il ne peut pas faire
grand chose contre cette loi. Jean-François Copé envisage tout juste de la
réécrire si la droite revient au pouvoir.

La ligne de fracture

C'est là que se dessine une ligne de fracture à l'UMP avec
les ultras qui réclament l'abrogation pure et simple du texte. Ils sont
quelques-uns à réclamer un référendum pour abroger la loi, certains maires
disent même qu'ils refuseront de marier les couples homosexuels.

Le député Daniel Fasquelle pense qu'il faut tout faire pour
fédérer les anti-mariage gay : "J'invite Frigide Barjot et ceux qui
sont autour de ce mouvement à se mettre autour de nous et à venir travailler
avec nous à une grande loi sur la famille que nous pourrons faire adopter dès
notre retour au pouvoir en 2017. Il y a eu la période de contestation par
rapport au projet de loi du gouvernement, on va rentrer maintenant dans une
nouvelle période qui sera une période de construction d'un contre projet.
"

Manifestations : y
aller ou pas, continuer ou pas

Dimanche, plusieurs ténors ont annoncé qu'ils
répondraient à l'appel de JFC. Parmi eux Henri Guaino, Laurent Wauquiez,
Xavier Bertrand.

Mais d'autres poids lourds critiquent la démarche qui
réduirait l'UMP à un "petit parti d'opposition ". Dans ce camp, il y a François Fillon, Alain Juppé, NKM ou encore Luc Chatel, pourtant proche
de Jean-François Copé. Eux n'iront pas manifester, Bernard Debré non plus. Le député de Paris pense que c'est une erreur : "Moi j'ai toujours dit que j'étais contre le mariage pour tous, mais nous
représentons la minorité. Donc nous avons été battus. Mais d'un autre côté je
suis un Républicain. Je n'irai pas manifester en tant que député et je
déconseille à tous les élus d'aller manifester avec une écharpe.
"

De faibles propositions

L'UMP essaye malgré tout récupérer le mouvement, Jean-François
Copé ne s'en cache pas : "Je ne pouvais pas ne pas envoyer de
message à tous ceux qui manifestent
", mais maintenant on passe à autre
chose. "Le prochain rendez-vous c'est dans les urnes ", voilà ce que
le président de l'UMP martèle aujourd'hui, il appelle clairement les anti-mariage gay à voter UMP.

Sauf qu'il n'a pas grand-chose à leur proposer. La porte-parole du gouvernement a vu la faiblesse, Najat Vallaud-Belkacem appuie là ou
ça fait mal : "C'est intéressant d'écouter les responsables de la
droite nous dire à la fois qu'ils iront manifester et en même temps que
vraisemblablement ils ne retoucheront pas ce texte. Appeler à manifester, aller
manifester, pour ne rien changer in fine j'appelle cela de la récupération politicienne
pure et dure, et c'est dommage. Je crois que le pays pourrait se passer de
cela.
"

Des tentatives de récupération

Frigide Barjot essaye, elle aussi, de profiter de ce
mouvement. L'égérie des anti-mariage pour tous envisage de se présenter à Paris sur une liste indépendante. Ceux qui
manifestent contre le mariage gay, viennent de la droite traditionnelle,
catholique. Mais il y a aussi quelques mouvements d'extrême droite comme le GUD et
le FN est en embuscade. Le parti de Marine Le Pen espère bien ramasser la mise
aux prochaines municipales et surtout aux européennes de 2014. Le député Gilbert
Collard ne s'en cache pas : "On va finir par croire que tout nous
porte bénéfice, mais ce n'est pas nous qui créons les évènements. Ils sont là
et s'ils nous apportent un peu plus de crédit c'est parce que très souvent on a
prévu ce qui allait se passer et que les gens se rendent compte que les
perspectives tristement annoncées se réalisent. De fait cela constitue un plus
pour nous.
"

Les opposants au mariage pour tous qui seraient déçus par
l'UMP et méfiants vis-à-vis du FN vont peut être aussi aller gonfler les
chiffres de l'abstention. Au bout du compte, c'est la droite qui perdra des
points.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.