L'interview politique, France info

Nicolas Sarkozy : "Quand vous votez FN, vous avez un élu PS de plus"

Invité exceptionnel de France Info et France Bleu, le président de l'UMP s'est fait mordant vendredi, à neuf jours des élections départementales. "Les choses peuvent changer", dit-il, si les électeurs votent pour son mouvement. "Si vous êtes contents de la situation actuelle, vous votez PS ou FN ; sinon, votez UMP".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Nicolas Sarkozy était l'invité exceptionnel ce vendredi matin du Forum France Bleu - France Info. "J’ai changé comme tous ceux qui nous écoutent et qui ont passé la soixantaine. On essaie de profiter de l’expérience, de l’âge qui passe pour être plus mûr, tranquille, moins orgueilleux et pour garder la même énergie ", a martelé l'actuel président de l'UMP. Il espère incarner le renouveau de son parti : "pendant deux ans, ma famille politique était divisée, ce qui a donné un boulevard au FN ; aujourd'hui l'UMP est réunifiée" .

"Quand vous votez pour le FN, vous avez un élu PS de plus"

C'est donc unie que l'UMP espère tirer les marrons du feu, lors des prochaines élections départementales. "Si vous êtes contents de la situation actuelle, vous votez PS ou FN ; sinon, votez UMP""Tous ceux qui ont envie de dire leur colère, votez" . Car il en est sûr, l'enjeu est d'importance : "les choses peuvent changer dans votre département" ... avant qu'elles ne changent, "dans deux ans, pour la France"  ? Et d'enfoncer le clou : "le message est clair : quand vous votez pour le FN, vous avez un élu PS de plus"  - c'est ce qui s'est passé à la législative partielle de Montbéliard, c'est ce qui se reproduira, selon lui, aux départementales. "J'ai dit FNPS. Je n'assimile pas naturellement le PS au Front national. Mais le résultat, c'est celui-là ", explique-t-il aussi.

Nicolas Sarkozy a ensuite taclé Manuel Valls : "Je ne sais pas ce qu'a le Premier ministre, tous les jours il nous en sort une ", parlant notamment du mot "apartheid " utilisé par Manuel Valls sur les banlieues. "On s'est demandé s'il avait un peu de bon sens encore ". "Quand je dis qu'il s'énerve un petit peu, c'est très en dessous de ma pensée ", ajoute Nicolas Sarkozy.

La loi Santé va "fonctionnariser" les médecins libéraux

Nicolas Sarkozy, président de l'UMP, a évoqué aussi la loi Santé. Il déplore la "vision administrative de la santé " de Marisol Touraine, qui vise à "fonctionnariser " les médecins libéraux. "Pour elle, il n'y a que l'hôpital public, les établissements de santé privés sont illégitimes et les médecins libéraux, ceux qu'on va voir quand on a un problème dans sa famille ou ses enfants, au fond, il faudrait les fonctionnariser. C'est une folie", ajoute-t-il.

Sur les comptes de campagne 2012, Nicolas Sarkozy rappelle qu'"il y a une procédure en cours, des policiers qui enquêtent, laissez les faire leur travail. A ma connaissance personne, au-delà de ce qu’a décidé le Conseil constitutionnel, n’a pointé une seule dépense de ma campagne qui n’aurait pas été financée ou qui aurait été masquée. Attendons ".

Nicolas Sarkozy avec les auditeurs

Lors de la seconde partie de l'émission - un dialogue avec les auditeurs - Nicolas Sarkozy a repris ses thèmes de campagne. "Je peux comprendre votre colère, votre déception, mais croyez-vous que l’on vote par colère ou par raison ? On a besoin de vous parce que ce n'est pas avec la colère que l'on bâtit."

A une question sur la prise en charge du handicap : "Vous avez raison, il n’y a pas assez de place pour les enfants handicapés. Je souhaite d’ailleurs que les enfants handicapés puissent, chaque fois que c’est possible, être scolarisé dans les conditions des enfants qui n’ont pas de handicap parce que c’est une bonne chose. La solidarité nationale sur le handicap ne peut pas se discuter" .

Une question sur le RSI, le régime fiscal des travailleurs indépendants, Nicolas Sarkozy parle réduction de l'emploi... public : "Il faut réduire le nombre de fonctionnaires, augmenter la durée du travail, rétablir les heures supplémentaires, et il faudra réfléchir au statut des auto-entrepreneurs" .

 

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)