L'interview politique, France info

Eva Joly, une candidate en liberté très surveillée

En refusant d'assurer son soutien au candidat socialiste au second tour de la présidentielle, la candidate verte a franchi hier la ligne rouge. Elle s'est ensuite rétractée, mais le psychodrame fait planer l'ombre du fiasco sur une candidature décidemment pas comme les autres. Une candidature que les écologistes entendent recadrer.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Ou comment enseigner la langue
de bois à une néophyte. Eva Joly, c'est l'incarnation même de la candidate
issue de la société civile. Après avoir hésité à s'engager aux côtés du Modem,
elle intègre la famille écolo il y a tout juste deux ans. Elle y amène son
drôle d'accent, ses petites lunettes rouges, son regard d'acier, sa
combattivité, son intransigeance de juge d'instruction, sa capacité à mettre les
pieds dans le plat, aussi.

elle-même du mal à se retrouver comme représentante d’un courant
politique"
*

* Une singularité que ses amis
ont bien tenté de transformer en force. Eva Joly, ou la candidate anti-système,
anti-microcosme, pourfendeuse des lobbys et de la politique politicienne. Mais
dans le monde impitoyable de la politique, ça ne marche pas. Les procureurs les
plus féroces sont évidemment les socialistes : "
Elle a peut-être
elle-même du mal à se retrouver comme représentante d’un courant politique, c’est
peut-être son problème. Mais à ce moment là, faut-il s’engager dans la vie
politique ?* " s'nterroge le député PS de Paris Jean-Marie Le Guen.

"On va resserrer les boulons "

Eva Joly
n'aurait pas sa place dans ce monde-là ? Mais si, rétorquent ses camarades écolos,
plus que troublés, mais décidés à la conserver comme candidate. Pas question de
succomber au syndrome Lipietz, du nom de ce candidat contraint à l'abandon en
2002, et remplacé in extremis par Noël Mamère. Eva n'a pas les codes,
expliquent donc les dirigeants écolos. La langue de bois, le compromis, cette
capacité à jouer les équilibristes, entre une entente avec le PS qui permet
d'avoir des sièges, et une campagne indépendante qui permet d'avoir des
électeurs. Tout cela, il faut le lui expliquer. 
Et tous vont s'y mettre.

"Je n'ai pas cédé. Je ne vais pas commencer aujourd'hui "

Eva Joly est aujourd'hui en
déplacement en Bourgogne. La vie continue, mais qu'on ne s'y trompe pas : elle
est désormais sous surveillance. "On va resserrer les boulons ",
confie un cadre du parti. Première étape jeudi prochain, avec la présentation d'une
nouvelle équipe de campagne, plus resserrée et plus solide. Cela peut-il
marcher ? Eva joly est-elle recadrable ?  "Lorsque j'étais juge, raconte-t-elle,
j'ai vécu avec des contrats sur la tête, j'ai dû prendre des gardes du corps
nuit et jour, et je n'ai pas cédé. Je ne vais pas commencer aujourd'hui
".
Ses amis verts ont du souci à se faire.

Et tout cela sous le regard
goguenard de la droite. Est-il vraiment besoin de le préciser ? La majorité boit
du petit lait en ce moment. Les écolos en plein psychodrame,  la confusion à gauche, la campagne de Hollande
qui du coup patine, et Nicolas Sarkozy qui remonte dans les sondages. A droite,
on a le sourire.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)