L'interview politique, France info

Dati à Paris et pauvreté en France

Le duel Fillon/Dati empoisonne toujours la vie de l’UMP à Paris à six mois des élections législatives. Et dans toute la France, c’est la pauvreté qui empoisonne la vie de millions de personnes touchées par la crise ; la classe politique s’empare de ce thème fort opportunément.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Une circonscription parisienne, c'est un tremplin pour les municipales de 2014. Et l'Hôtel de Ville est un lieu stratégique pour viser encore plus haut. L'Elysée, c'est direct par la rue de Rivoli. François Fillon a dû y penser.
Mais Rachida Dati, qui tire à vue sur le Premier ministre, ne veut pas lui céder la place. Hier, Laurent Wauquiez a évoqué, à demi-mots, une éventuelle exclusion du parti et Nadine Morano, chargée des élections à l'UMP, lui a proposé d'aller faire un tour en Saône-et-Loire, le département où elle a grandi. Ca sent l'exil.
Pitoyable selon le député pro-Dati, Claude Goasguen : "c’est scandaleux de dire ça […] on ne jette pas des gens comme ça aux orties ; je veux bien que Rachida Dati en fasse trop, mais c’est pas une raison quand même pour la jeter à la poubelle".
Le PS, lui, cherche, un point de chute pour Jack Lang. D'après nos confrères du "Parisien", après avoir étudié des pistes en Gironde et dans les Vosges, l'ancien ministre pourrait finalement être investi dans la Somme.

La campagne présidentielle devient "sociale".

Austérité, triple A, zone euro, marchés financiers. A une semaine de Noël, les candidats ont compris que, derrière ces mots, il y avait aussi et surtout des gens. Des personnes socialement et économiquement fragiles.
Election et pauvreté jugées avec un brin de cynisme par Lionel Luca, député de la Droite Populaire : "découvrir la misère, découvrir la pauvreté à trois mois des élections, ça fait sourire même les pauvres" .

8 millions de pauvres selon Dominique de Villepin qui axe sa campagne autour de ce thème. Sa proposition-phare : un revenu citoyen de 850 euros. S'il est élu, il la mettra en place de manière progressive, par palier explique-t-il en fonction des marges de manœuvres budgétaires. Symboliquement, la Droite Sociale souhaite mettre un terme aux revenus extravagants des patrons. Le Front de Gauche et le FN s'écharpent à distance pour devenir le porte-parole de la France qui souffre.

François Hollande, de son côté, visite ce matin un centre d'hébergement Emmaüs. Le socialiste dévoilera en janvier ses idées pour lutter contre la pauvreté. L'occasion pour son porte-parole, Bruno Le Roux, de dénoncer l'augmentation du prix du gaz au premier janvier prochain. La précarité énergétique s'ajoute à beaucoup d'autres et la droite fait toujours payer les mêmes dit-il : "on a vu rentrer dans nos permanences des personnes qui jamais n’auraient pensé devoir venir demander de l’aide ; oui elles sont les victimes de la crise tout simplement".

Et l'UMP réplique à ces critiques. Sous la présidence Sarkozy, et ce malgré la crise, beaucoup a été fait pour les personnes les plus défavorisées assure la majorité qui cite trois exemples : création du RSA, augmentation de l'allocation adulte handicapé et du minimum vieillesse.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)