Cet article date de plus de huit ans.

Stéphane Treppoz (PDG de Sarenza) : "Nous refusons de casser les prix"

écouter (70min)
Le numéro un de la vente de chaussures sur internet, Sarenza, fait un pari économique. Il vient de créer sa propre marque. Il ne vend plus seulement les chaussures des autres. Il fait aussi fabriquer ses propres modèles, en Espagne et au Portugal.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

 "Ce qui est important chez nous, ce n'est pas de proposer des prix cassés. C'est de proposer un choix que vous n'aurez nulle part ailleurs ", explique Stéphane Treppoz, PDG de Sarenza. L'entreprise propose des chaussures issues de 750 marques et vend maintenant, sous sa propre griffe, 80 modèles.

Pourquoi fabriquer en Europe du sud plutôt qu'en Asie, où la main d'œuvre est moins chère ? La aussi, la logique est d'abord commerciale : "Quand un modèle marche, si vous en rachetez en Asie du sud-est, où sont fabriquées 70% des chaussures, ça va prendre trois ou quatre mois pour les faire venir. Quand vous fabriquez en Espagne ou au Portugal, ça prend un mois ou cinq semaines. Vous n'avez pas les mêmes marges, parce qu'on achète plus cher, mais vous avez une flexibilité qui est importante pour nos clients ", poursuit le PDG.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.