L'interview éco, France info

Stéphane Israël (Arianespace) : "Nous irons sur la lune avec Ariane 6"

Arianespace parie sur son nouveau lanceur, Ariane 6, pour s’imposer dans la nouvelle bataille des constellations de satellites. Et aussi pour aller sur la lune.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Stéphane Israël, le président exécutif d’Arianespace, était l\'invité de franceinfo mercredi 15 mai. 
Stéphane Israël, le président exécutif d’Arianespace, était l'invité de franceinfo mercredi 15 mai.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

C’est la nouvelle bataille de l’espace. Celle des constellations de satellites, destinés, par exemple, à fournir une couverture internet mondiale. L’américain SpaceX fait ce pari, en lançant, pour son compte, une première série de soixante satellites.  

SpaceX "va concurrencer ses propres clients" 

L’opérateur européen, Arianespace, peut-il rivaliser ? Sans aucun doute, selon son patron, Stéphane Israël, invité de "L’interview éco" : "Nous, quand nous lançons des constellations, nous le faisons pour nos clients. Nous avons cette année déployé les premiers exemplaires de la constellation OneWeb (…) Notre compétiteur est d’abord au service de lui-même. Il s’apprête à être concurrent de ses clients pour la disponibilité de ses fusées, et concurrent de ses clients pour les revenus qu’il veut tirer de sa constellation".  

Ariane 6 "au prix du marché"

L’Européen vient de franchir un cap important : la production en série d’Ariane 6, dont le vol inaugural est prévu en 2020. Arianespace peut compter sur plusieurs lancements pour des clients publics. Mais "les grands acteurs privés nous suivent" aussi, assure Stéphane Israël : "Nous vendons Ariane 6 au prix du marché. Nous sommes compétitifs".  

Contrairement à SpaceX, Arianespace n’a pas prévu de rendre son lanceur réutilisable. Mais cela pourrait changer : "A l’avenir, plutôt dans la décennie 2030, s’il le faut, nous nous doterons des technologies qui nous permettront de faire du réutilisable, si cela apporte quelque chose à nos clients". Trop tard ? Non, selon Stéphane Israël : "Les premiers besoins de nos clients, c’est de monter, pas de descendre".   

Objectif lune

Les Etats-Unis se sont donné un objectif : retourner sur la lune en 2024. Cela "interroge l’Europe", selon Stéphane Israël.

La lune est très intéressante. Elle est beaucoup plus proche que la planète Mars. On peut en extraire des ressources qui permettraient ensuite d’en tirer de l’énergie pour redémarrer ensuite depuis la lune.

Stéphane Israël, président exécutif d'Arianespace

sur franceinfo

Arianespace a d’ailleurs un projet de mission lunaire avec Ariane 6. "Nous espérons, dit Stéphane Israël, que l’Agence spatiale européenne ira au bout de cette mission".  

Stéphane Israël, le président exécutif d’Arianespace, était l\'invité de franceinfo mercredi 15 mai. 
Stéphane Israël, le président exécutif d’Arianespace, était l'invité de franceinfo mercredi 15 mai.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)