L'interview éco, France info

Sébastien Clerc (Voltalia) : "Le solaire et l’éolien produisent l’électricité la moins chère"

Le producteur d'électricité renouvelable réalise une grosse augmentation de capital. Près de 400 millions pour accélérer son développement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Sébastien Clerc, le directeur général de Voltalia, sur le plateau de franceinfo.
Sébastien Clerc, le directeur général de Voltalia, sur le plateau de franceinfo. (FRANCEINFO)

Voltalia vient de lever 376 millions d’euros. Une augmentation de capital réalisée essentiellement auprès de ses actionnaires historiques. Pour le producteur d’électricité renouvelable, invité de franceinfo lundi 24 juin, c’est un cap important. Voltalia est déjà présent dans 18 pays. Avec près de 600 salariés, il réalise un chiffre d'affaires de 180 millions d'euros.

L’Europe après l’Afrique

"La majorité de nos investissements a lieu dans des pays où il y a beaucoup de vent et beaucoup de soleil, explique Sébastien Clerc, le directeur général de Voltalia. Et dans des pays où nous ne nous reposons pas sur des subventions des États."  

"Notre territoire de conquête est l’Afrique, détaille-t-il. Mais dorénavant, l’Europe va l’être aussi, maintenant que le renouvelable y devient compétitif, du sud vers le nord." Sébastien Clerc insiste : "Le solaire et l’éolien produisent aujourd’hui l’électricité la moins chère que l’on puisse produire."  

En France, un effet canicule  

Cette semaine, avec la canicule, le réseau électrique va être très sollicité : "Nos centrales vont tourner mieux que normalement, explique le patron de Voltalia, parce que quand il fait chaud, il y a du soleil, et quand il y a du soleil, nos centrales produisent plus."

En France, les énergies renouvelables ne représentent que 16% de la production d’électricité. Elles progressent, mais devraient demeurer, pendant longtemps, des forces d’appoint, selon Sébastien Clerc : "L’Europe a construit un portefeuille de centrales classiques qui vont encore produire pendant de nombreuses années. Les énergies renouvelables ne produisent l’électricité moins chère qu’à certains moments. Le reste du temps, on va continuer de compter sur nos centrales anciennes."  

Sébastien Clerc, le directeur général de Voltalia, sur le plateau de franceinfo.
Sébastien Clerc, le directeur général de Voltalia, sur le plateau de franceinfo. (FRANCEINFO)