Cet article date de plus de trois ans.

Retraités et nomades : l'enquête de Jessica Bruder sur les "travailleurs campeur" aux États-Unis

écouter (7min)

Ils ont parfois plus de 70 ans, et au volant de leur van, pour survivre, ils vont de job en job. La journaliste Jessica Bruder publie "Nomadland", une enquête sur les travailleurs nomades des États-Unis.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La journaliste Jessica Bruder sur franceinfo le 13 février 2019. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"J’ai longtemps cru que les conducteurs de camping-cars étaient de braves retraités sillonnant tranquillement les routes d’Amérique pour faire du tourisme…". Mais beaucoup de ces retraités sont en réalité… des travailleurs. La journaliste Jessica Bruder publie en France son enquête sur un phénomène qui prend de l’ampleur : aux États-Unis, les "travailleurs nomades" sont de plus en plus nombreux. Ils vivent dans leur camping-car ou leur van et multiplient les petits boulots.  

Des "réfugiés de la récession"

"Ils font tout ce qu’on peut imaginer, explique la journaliste. Ils vont aider à la récole de la betterave, ils travaillent dans des parcs à thème, dans des attractions touristiques, à peu près partout". Ce sont des "réfugiés de l’immobilier", des "réfugiés de la récession" qui a suivi la crise de 2008 : "J’ai rencontré des gens qui avaient tout perdu, leur maison, leurs économies". Beaucoup ont alors débuté une vie nomade, à travers les États-Unis. Selon Jessica Bruder, ces "travailleurs campeurssont plusieurs centaines de milliers dont plusieurs dizaines de milliers de personnes âgées.  

Chez Amazon, un travail "très difficile physiquement"

Pour eux, Amazon a conçu un programme spécial, nommé CamperForce. Le géant de la vente en ligne leur propose de nombreux emplois dans ses entrepôts : ils "récupèrent les objets, les emballent; c’est très difficile physiquement (…) Je me souviens d’un monsieur qui avait plus de 70 ans et qui marchait plus de 20 ou 25 kilomètres par jour dans l’entrepôt". Ce travail est souvent douloureux. Dans les entrepôts, Amazon met à la disposition de ses salariés des distributeurs gratuits d’analgésiques.

Pourquoi Amazon fait-il appel à cette population ? "Parce que ces gens ne se plaignent pas", répond Jessica Bruder. "Ils sont contents d’avoir un emploi. Ce sont des gens qui sont fiers, qui ont une certaine dignité."

Souvent, ces "travailleurs campeurs" se réunissent, formant avec leurs vans d’immenses villages provisoires. Pour la journaliste, ils ont besoin de "se retrouver, de tisser des liens dans l’adversité".  

Le livre de Jessica Bruder, Nomadland, est publié aux éditions Globe.            

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.