Présidentielle 2022 : le directeur général de l'UDES plaide pour "un crédit d'impôt dédié à l'économie sociale et solidaire"

écouter (8min)

Sébastien Darrigrand, directeur général de l'Union des employeurs de l'économie sociale et solidaire formule ses propositions pour la présidentielle. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Sébastien Darrigrand, directeur général de l'UDES, le 11 février 2022. (FRANCE INFO / RADIO FRANCE)

L'économie sociale et solidaire revendique trente mille entreprises en France et un million de salariés. Selon Sébastien Darrigrand, directeur général de l'UDES (l'Union des employeurs de l'économie sociale et solidaire), invité éco de franceinfo vendredi 11 février, on retrouve cette économie dans tous les actes de la vie quotidienne : "Ce sont des entreprises à but non lucratif que l'on retrouve dans des domaines très variés, comme la petite enfance, les associations, les mutuelles."  

50 000 emplois non pourvus

Le directeur général de l'Union des employeurs de l'économie sociale et solidaire évoque les tensions sur l'emploi avec pas moins de 50 000 emplois non pourvus sur 300 000. "C'est beaucoup", concède Sébastien Darrigand qui a une solution très concrète "accompagner les chômeurs de longue durée, il y en a 700 000 demandeurs d'emplois de longue durée dans ce pays, on pourrait flécher les allocations chômage vers une allocation d'emploi en remettant le pied à l'étrier de ces personnes."  Un sorte de programme Territoire zéro chômage.

L'UDES formule comme le reste du patronat des propositions dans le cadre de l'élection présidentielle et demande un crédit d'impot dédié, sous la forme du crédit d'impôt recherche. 

"Dans le secteur des aides à domicile, par exemple, une association qui s'occupe d'hospitalisation à domicile de personnes âgées a besoin de moyens pour cela, de moyens technologiques et humains. On a besoin d'un crédit d'impot dédié pour cela. On demande un crédit d'impôt dédié à l'économie sociale et solidaire."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.