Eva Sadoun, coprésidente du mouvement Impact France, veut "sortir les entreprises de la prime au vice"

écouter (8min)

Environ 2 000 chefs d'entreprise interpellent les candidats à l'élection présidentielle. Ils publient un "Manifeste pour l'économie de demain".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Eva Sadoun, coprésidente du mouvement Impact France. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Deux mille chefs d’entreprise interpellent les candidats à l’élection présidentielle. Ils publient un "Manifeste pour l’économie de demain", et appellent à de nouvelles "règles du jeu", qui mettraient le climat, la biodiversité ou encore la justice sociale au centre des enjeux. Invitée éco de franceinfo, Eva Sadoun, coprésidente du mouvement Impact France, et initiatrice de ce manifeste, affirme qu’elle veut "sortir les entreprises de la prime au vice".

"Aujourd’hui, c’est moins cher pour une entreprise de délocaliser des emplois (…) et c’est moins cher pour une entreprise de polluer", explique-t-elle : "Ce qu’on propose, c’est de mettre en place une fiscalité qui va les aider". Le manifeste détaille le principe d’un bonus-malus pour les entreprises.  

On veut que la fiscalité soit indexée à de réels impacts écologiques et sociaux. Ça peut se faire si on a une boussole.  

Eva Sadoun, coprésidente du mouvement Impact France

sur franceinfo

Le club patronal propose la création d’un "index social et écologique", sur le modèle de l’index pour l’égalité professionnelle "qui mesure l’inclusion des femmes". L’index intégrerait "le coût de la biodiversité, l’impact écologique".  

Selon Eva Sadoun, qui vient de publier Une économie à nous (Actes sud), le mouvement a pensé "des politiques de transition sectorielle", en travaillant "sur la finance, la tech, l’alimentation, le textile" et "en définissant des normes par secteur d’activité, avec une politique d’inclusion et de sobriété".  

       

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.