Cet article date de plus de sept ans.

Nicolas Sarkozy, l'homme dont tout le monde parle

écouter (5min)
Dix jours après son déplacement en Charente-Maritime où il a souligné son peu de goût pour les vacances, trois semaines après la réactivation de son compte Instagram, l'ancien chef de l'Etat est venu soutenir Nathalie Kosciusko-Morizet ce lundi soir.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

C'était le premier grand meeting de la candidate UMP à la mairie de Paris. Bain de foule, bousculade, "Nicolas, Nicolas" scandés par ses partisans. Un accueil de rock star ? Non, la venue d'un ami pour Nathalie Kosciusko-Morizet sur France Info.

"C'est surtout un geste d'amitié. Depuis le début de la campagne, Nicolas Sarkozy me soutient et souhaite que l'on gagne Paris. Il souhaite que Paris ne se voie pas infliger la même humiliation que celle que François Hollande inflige à notre pays. "

Une présence commentée ce mardi matin, contrairement au discours de la candidate. Un soutien qui réjouit Bruno Le Maire sur RTL, autre ancien ministre de Nicolas Sarkozy.

"Cela me fait plaisir parce que tout ce qui nous permettra d'améliorer nos chances de gagner aux élections municipales ira dans le bon sens. "

La candidate socialiste à la mairie de Paris, elle, joue l'ironie. Pendant que NKM était sur France Info, Anne Hidalgo était l'invitée d'Europe 1.

"C'est quand même le retour de Nicolas Sarkozy soutenu par son ancienne porte-parole. C'est plutôt ce que j'ai vu hier. Paris il n'en était pas beaucoup question. Je crois que Nathalie Kosciusko-Morizet se trompe d'élection depuis le début. Elle pense à faire une anticipation d'élection présidentielle, maintenant elle est rentrée dans le bain de soutien de Nicolas Sarkozy pour son retour en 2017. Moi, je parle de Paris et je m'occupe des Parisiens. "

Anne Hidalgo évoque également la mise sous tutelle de Nathalie Kosciusko-Morizet. Mais il ne faut pas titiller longtemps Brice Hortefeux pour y voir aussi une dimension très politique.

"C'est surtout le signal, si on en avait besoin, de l'attachement, de la fidélité, de la reconnaissance, de la confiance, et pour un grand nombre de Français, dont je fais partie, d'espérance. "

Le voyage de François Hollande aux Etats-Unis

Visite d'Etat, dîner d'Etat, tour à bord d'Air Force One... On a beaucoup parlé jusque-là des fastes du déplacement et là aussi, tout est question d'amitié affichée. L'eurodéputé écologiste Yannick Jadot, sur RFI, préfère le fond. Pour lui, ce sont les écoutes de l'Agence de sécurité américaine dont il faut se préoccuper.

"Les citoyens européennes continuent d'être humiliés par les Américains puisqu'ils sont espionnés en permanence. L'ensemble des communications, de nos sms, on sait que nos dirigeants ont été espionnés, que nos institutions sont espionnées et on a vu dernièrement la diplomatie américaine dire que l'Europe devait aller se faire voir. Donc, le président Hollande doit demander clairement des explications à Obama et surtout faire en sorte que cela cesse. "

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.