Cet article date de plus de neuf ans.

Le plan d'économies de Manuel Valls passe mal

Celui qui tape le plus fort ce matin c'est Brice Hortefeux sur RTL. L'ancien ministre UMP de l'Intérieur dénonce une "gouvernance libre-service" en ce qui concerne les négociations entre Manuel Valls et les parlementaires PS sur la répartition des 50 milliards d'euros d'économies.
Article rédigé par Yannick Falt
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Franceinfo (Franceinfo)

"Qui gouverne dans notre pays ? Est-ce que c'est le président de la République ? Est-ce que c'est le chef du gouvernement ? Est-ce que c'est 30 députés socialistes qui viennent souligner leur oukase concernant les mesures qui ont été annoncées par le Premier ministre ? C'est une gouvernance libre service. Normalement, on discute avant d'annoncer les mesures par une fois que les mesures ont été annoncées " affirme Brice Hortefeux.

Le socialiste André Vallini, secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale et président du Conseil général de l'Isère essaye de légitimer la discussion : "La majorité parlementaire fonctionne comme elle doit fonctionner. On ne peut pas dire lorsque les députés exécutent la politique du gouvernement que ce sont des godillots et s'en lamenter et en même temps, lorsqu'ils jouent leur rôle dire que c'est le désordre dans la majorité. Je crois que la majorité parlementaire joue son rôle. "

Le député socialiste Henri Emmanuelli lui s'agace sur LCI de l'intégralité du pacte de responsabilité : "Ce pacte de responsabilité va être voté par morceaux. C'est ce qui m'a un peu agacé c'est que l'on passe d'abord des choses en disant que j'en passerai d'autres, éventuellement le moment venu je dis que ce qu'on avait prévu n'est pas faisable. C'est ce qui me pose problème. "

Des socialistes qui pour ce plan pourraient avoir le soutien d'une partie de l'opposition, comme l'avoue la vice-présidente de l'UDI Chantal Jouanno sur France Inter.

"Si des mesures vont dans le bon sens on les votera. On n'est pas frondeur dans l'âme. Je pense qu'aujourd'hui c'est difficile pour le gouvernement de ne pas essayer d'obtenir des consensus et des compromis et de ne pas chercher à faire ce qui s'est fait dans pas mal d'autres pays, mener des réformes d'ampleur par un consensus politique. "

Les élections européennes

Des débats, des candidats et des désaccords, notamment à l'UMP entre Laurent Wauquiez et ses petits camarades.  

"Il y a un débat à l'UMP et j'assume ce débat. Je pense que sur l'Europe il y a besoin d'un débat. Je ne suis pas d'accord avec l'ensemble des personnes de ma famille politique sur cette question, nous avons des différences d'approche et je pense qu'en matière d'Europe il faut arrêter de faire semblant. Cela ne marche plus et il faut que cela change. "

Il faut que ca change dit Laurent Wauiqiuez sur Europe 1, il faut même tout changer ! De l'autre coté de l'UMP coté Brice Hortefeux, c'est un coup de main de Nicolas Sarkozy qu'on attend. Le député européen se souvient de l'autorité qui était la sienne et sa parole serait utile.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.