L'info politique - le 9h10, France info

Intermittents, CGT et prix de l'électricité

Le festival d’Avignon menacé de blocage, la CGT qui emboîte le pas au Médef, et menace de boycotter la conférence sociale, ou encore la ministre de l'Ecologie et de l'Energie qui dément la hausse de l'électricité. Les invités politiques ont réagi sur plusieurs sujets ce matin.

(Olivier Bost © RF)

 Aurélie Filipetti ira au festival d’Avignon. Mais la ministre de la culture n'y sera pas ce soir pour l‘ouverture. Les intermittents du spectacle ont voté la grève pour les premières représentations, toujours à cause de leur régime. Aurélie Filipetti espère que tout Avignon ne sera pas bloqué. Elle a défendu ce matin sur RTL la réforme lancée par le gouvernement : "L’inquiétude des intermittents, je la comprends. C’est pour cela qu’on a lancé cette grande concertation qui va aboutir à une vraie réforme pour sécuriser, pour pérenniser un régime qui est indispensable à tous les artistes et à tous les techniciens. "

Pour rester dans l’ambiance syndicale, la CGT, après le Medef, menace de boycotter la conférence sociale de la semaine prochaine. "C’est un ultimatum, oui. La lettre que j’ai adressée à François Hollande est suffisamment précise pour qu’il puisse répondre précisément sur ce qu’il entend dans la formule 'dialogue social'. La posture a été prise par les huit organisations patronales, animée sous l’impulsion de Pierre Gattaz. Et c’est le Premier ministre qui a décidé, dans sa posture à lui, de répondre favorablement à l’ensemble des préoccupations qu’avait Pierre Gattaz, remettant en cause le dialogue social dans notre pays ", a annoncé Thierry Lepaon sur** France Info.

Sur Twitter, Ségolène Royal répond au Parisien

Ségolène Royal n’était pas invité dans un média ce matin, mais elle a fortement réagit sur Twitter à une information du Parisien. Le quotidien annonce un rattrapage de 30 euros en moyenne sur les factures EDF après le blocage des tarifs par le précédent gouvernement, en plus de l’augmentation à venir en octobre, annoncée par Manuel Valls.

 

 

Par ailleurs, Ségolène Royal annonce qu’il n’y aura pas d’augmentation des tarifs, une augmentation pourtant annoncée par son Premier ministre :

 

 

"Nicolas Sarkozy a utilisé les affaires pour revenir et son retour pour ne pas parler des affaires", Jean-Christophe Cambadélis

On revient une dernière fois sur la plus grosse actualité de la semaine : la mise en examen de Nicolas Sarkozy et son retour médiatique. Avec le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, un peu plus libre de parole que les membres du gouvernement.

 

Il explique sur LCI pourquoi François Hollande et Manuel Valls n’ont pas réagit aux attaques de Nicolas Sarkozy lors de son passage télé : "L’ancien président de la République nous a délivré non pas un réquisitoire, mais une échappatoire. C’est assez intéressant d’ailleurs. Il a utilisé les affaires pour revenir, et son retour pour ne pas parler des affaires. Il n’y a aucune raison que le président de la République, qui est garant de l’intérêt général, se mette dans une rixe comme ça. "

(Olivier Bost © RF)