Cet article date de plus de sept ans.

Elections européennes et tribune de Hollande

écouter (5min)
"L'Europe que je veux" est le titre de la tribune que le président de la République a publié dans le journal "Le Monde" daté de ce vendredi. Un plaidoyer pour une Europe du progrès qui est évidemment commenté ce matin.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Il s'agit là de l'entrée dans la campagne du président de la République, pour les élections européennes qui ne s'annoncent pas très bonnes
pour les socialistes. L'ancien premier ministre François Fillon a d'ailleurs appelé
mercredi soir les Français à infliger "une deuxième raclée à François
Hollande
" à l'occasion de ces élections.

Najat Vallaud-Belkacem et Nicolas Dupont-Aignan appellent
les Français à aller voter

Ce matin, la ministre des Droits des femmes, de la ville, de
la jeunesse et des sports Najat Vallaud-Belkacem lui a répondu au micro de RTL  :
"Honnêtement, je n'ai pas l'impression que ces élections européennes se
présentent bien pour l'UMP. Ce qui me préoccupe aujourd'hui, c'est que nous n'ayons
pas un taux d'absention tel qu'au fond (...) on aura eu un bon gâchis. Je veux
que le citoyens s'emparent de ce vote.
"

Cette première intervention de François Hollande sur
l'Europe n'a pas manqué de faire réagir ce matin le député souverainiste,
président de Debout la République et candidat à ces européennes, Nicolas
Dupont-Aignant, invité de France Info ce matin
 : "Quand j'entendais
le président de la république nous dire "L'Europe, c'est la paix", l'Europe
devrait être la paix. Mais est-ce-que vous croyez qu'avec la misère et le chômage
de masse, on ne va pas des dommages collatéraux graves ? Je supplie les
Français d'aller voter aux européennes, il y a le choix
."

De Villepin pas convaincu non plus

"Sortir de l'Europe, c'est sortir de l'histoire ",
a dit François Hollande dans cette tribune du Monde. Une phrase que l'ancien Premier ministre Dominique De Villepin était invité à commenter ce matin sur
BFMTV-RMC  : "Tout ça a quand même un peu le souffle court. Tout le
monde voit bien que l'Europe ne marche pas comme il faudrait qu'elle marche.
Donc ce n'est pas en jetant l'anathème sur ceux qui sont contre l'Europe qu'on
va marquer des points. Aujourd'hui, il faut donner une perspective à l'Europe.
Je suis d'accord, l'Europe, c'est la paix. (...) Mais c'est une paix fragile
."

Parler de la paix, du conflit en Ukraine, mais aussi de l'Europe sont
les sujets qu'aborderont François Hollande et Angela Merkel, qui se rencontrent
aujourd'hui dans le fief électoral de la chancelière allemande, sur les bords
de la Baltique. Que vont-ils se dire ? Le président des radicaux de gauche à
l'Assemblée nationale Roger-Gérard Schwartzenberg, qui s'est exprimé sur France
2
, a une petite
idée et quelques désidératas aussi : "Des choses certainement très
aimables, qui je l'espère contribueront à convaincre Angela Merkel du fait qu'il
faut aller vers une Europe de la croissance, de l'emploi
."

Les Français ne font pas confiance aux hommes politiques

Ce vendredi matin, Le Parisen - Aujourd'hui en France a
publié une enquête sur les métiers qui inspirent le plus confiance au monde. Si
les pompiers sont en tête, les bonnets d'ânes sont les hommes politiques, avec
seulement 31% d'opinion favorable en Europe et 13% en France. Ce qui inspire ce
commentaire embarrassé de l'ancien ministre de la défense Hervé Morin sur
iTélé : "Ils se fichent de nous. En réalité, on a fait de la politique
parce qu'on a une passion au plus profond de soi-même. (...) Les Français ont le
sentiment de nous voir comme des profiteurs, incapables de transformer les
choses. Donc c'est assez terrible
."

Un classement dans lequel les journalistes ne brillent pas
non plus. Juste devant les politiciens, on retrouve les publicitaires, les
agents d'assurances, les footballeurs professionnels et les journalistes avec
un tout petit 40% d'opinion favorable.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.