Cet article date de plus de dix ans.

Plus de trois mille ans après, la mort de Ramsès III enfin élucidée

écouter (2min)
Les spécialistes ont maintenant la preuve que le pharaon a été assassiné.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (©)

Ramsès III a eu la gorge tranchée et il en est mort. Les spécialistes en sont sûrs. Ils viennent de résoudre une énigme qui date de 1155 avant Jésus-Christ. Il a fallu plus de trois mille ans pour dissiper le mystère.

Jusqu'à aujourd'hui, on connaissait seulement une partie de cette histoire baptisée "la conspiration du harem". Nous sommes chez Ramsès III, le souverain d'Egypte. Le pharaon a un héritier légitime, le fils de son premier mariage. Mais sa seconde épouse, la reine Tiy, veut évincer l'héritier, pour placer son propre fils, Pentaouret. Elle organise donc une conspiration, qui échoue. Une trentaine de personnes sont condamnées. L'héritier légitime accède au pouvoir sous le nom de Ramsès IV.

Mais qu'est-il arrivé à Ramsès III ? A-t-il été assassiné ? Les spécialistes l'ignoraient jusqu'à cette découverte révélée cette nuit par le British Medical Journal. Tous les détails figurent dans l'article de Pierre Barthélémy, sur le blog Passeur de Sciences. Deux spécialistes des momies, un Egyptien et un Allemand, ont fait passer un scanner à la dépouille de Ramsès III. Ils ont découvert que le souverain avait subi une grave blessure à la gorge, juste sous le larynx. L'entaille va jusqu'aux vertèbres cervicales. Elle mesure sept centimètres. Ramsès III a bien été égorgé. Il n'avait aucune chance de s'en sortir.

Sur son blog, Pierre Barthélémy raconte que les spécialistes ont fait une deuxième découverte. Ils se sont intéressés à une autre momie, qui était placée à côté de Ramsès III, dans une cachette, dans la vallée des rois. Il s'agit de la dépouille d'un homme jeune, âgé d'une vingtaine d'années. Son corps n'a pas été momifié comme celui du souverain. Ni son cerveau ni ses autres organes n'ont été retirés. Il n'y a pas eu d'embaumement. La momie a été simplement recouverte d'une peau de chèvre, considérée à l'époque comme une matière impure.

Les chercheurs ont comparé les ADN des deux momies. Ils ont découvert que les deux hommes étaient de la même lignée, probablement père et fils. Pourtant, la deuxième momie ne peut pas être celle de Ramsès IV, l'héritier légitime, qui a son propre tombeau. Il y a donc une autre hypothèse : la deuxième dépouille serait du fils rebelle, Pentaouret, celui qui voulait prendre la place de Ramsès III, aidé par sa mère, la reine Tiy. Le corps du jeune homme aurait été laissé à côté de son père, dans un état impur. Comme une punition dans l'au-delà.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.