Cet article date de plus d'onze ans.

McDo se piège sur Twitter

écouter
Aux Etats-Unis, McDo a voulu utiliser twitter pour faire sa publicité. Il l'a vite regretté.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le 18 janvier, McDonald's lance une campagne sur Twitter pour vanter ses produits et son respect de l'hygiène. McDo envoie quelques messages sur le site de microblogging, avec un espoir : que les clients participent, qu'ils racontent, en 140 caractères, leur complicité avec la chaine de restauration rapide et leur bonheur à déguster des hamburgers. Sur Twitter, la marque propose même un hashtag, un mot clé : McDoStories, c'est-à-dire les histoires de McDo.

Très vite, les premières réponses sont publiées. Des "histoires" sont bel et bien racontées, mais pas du tout celles que McDo espérait : des internautes se déchaînent pour raconter, ou pour inventer, "leurs" histoires de hamburgers, en exprimant leur dégoût.

Sur le site des Inrocks, Anna Benjamin raconte la surprise de la marque devant ces messages : "Chaque fois que je mange un BigMac, une partie de moi meurt à l'intérieur". Ou encore : "Je ne mangerai plus jamais chez McDonald's après avoir vu un rat ramper dans un paquet de petits pains". Ou encore une histoire familiale : "Mon père nous emmenait chez McDonald's quand on était petits. Aujourd'hui, il est obèse et a du diabète. J'ai retenu la leçon".

Des milliers de messages sont échangés. La chaîne voulait une publicité gratuite ; elle se retrouve avec un campagne totalement négative. La presse écrit que McDo a commis un McFail, en français un McEchec, une McErreur.

Dans le Financial Times, cité par les Inrocks, la société reconnait qu'elle s'est trompée. Un de ses responsables essaie de voir le bon côté des choses : "Nous apprenons de nos expériences" . La chaîne va peut-être s'inspirer d'un autre géant américain, Coca-Cola. Cette marque a appris à utiliser les réseaux sociaux pour faire sa promotion. Sur facebook, elle a 37 millions de fans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.