L'histoire du jour, France info

Les Anglais vont se chauffer grâce à de la graisse de bacon!

Le bacon... c'est quasiment un aliment de base, en Angleterre... Pas de breakfast digne de ce nom sans une tranche de lard pour accompagner les œufs brouillés et les haricots. C'est le carburant indispensable aux sujets de Sa Gracieuse Majesté. et cela va bientôt devenir un carburant tout court !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La graisse de cochon va être utilisée pour alimenter une nouvelle centrale
électrique à l'est de Londres.
Ce complexe sera le plus grand de ce type au
monde. Les déchets adipeux seront brûlés pour générer de l'énergie.L'article
du Courrier International ne précise pas si ça sentira le cochon grillé autour
du site...

L'idée, c'est de récupérer tous les résideux graisseux des
restaurants de la capitale en installant des "pièges à graisse" sous les
éviers.
Il faut convaincre au moins 10.000 établissements pour que la
centrale puisse tourner.
Et convaincre, c'est bien le mot, parce que la
mesure ne sera pas obligatoire pour diverses raisons. La principale, c'est
pour respecter les droits des végétariens.Car en Angleterre, on ne plaisante
pas avec ça!

Les végétariens qui travaillent dans un restaurant ont
le droit, par exemple, de refuser de nettoyer un réfrigérateur qui a contenu de
la viande et cela va même plus loin, les végétaliens peuvent exiger d'avoir
une chaise pour éviter de s'assoir sur une banquette en cuir.

Les
mangeurs de légumes anglais pourront donc dire non à la collecte de graisse
porcine à condition toutefois que leur comportement soit sincère ! les faux
végétariens. Les resquilleurs du bacon, eux, seront sanctionnés !

Et puis au-delà de cette production d'énergie, la récupération de la
graisse de cochon mort présente un autre avantage: Il y en aura moins dans
les égoûts londoniens.
Aujourd'hui, des montagnes de graisse bouchent les
canalisations et tous les jours, une équipe spéciale est obligée de descendre
sous terre pour extirper les amas les plus récalcitrants.
Et cette
liposuccion en sous-sol coûte très cher: plus d'un million d'euros par
mois.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

(©)