L'expérience Vendée Globe, France info

L'expérience Vendée Globe : Jour 53

Seize micros embarqués à bord de "LinkedOut", le bateau de Thomas Ruyant. Une installation de l'artiste Molécule qui offre une première mondiale : raconter le tour du monde à voile par l'audio. À vivre tous les jours de la course sur franceinfo.

Thomas Ruyant en visio pour la bonne année depuis le bout du monde, le 1er janvier 2021
Thomas Ruyant en visio pour la bonne année depuis le bout du monde, le 1er janvier 2021 (CAPTURE D'ECRAN)

Latitude 53°29' Sud Longitude 102°47'West à 2000 km des côtes chiliennes. La température de l’air est de 7 degrés. Il fait autant dans l’eau et la mer forme des creux de trois mètres.

Une dépression australe s’approche de la terre de feu avec des vents à 40 nœuds de moyenne, une allure propice à la vitesse pour les monocoques IMOCA à foil, mais attention au turbo dans cette mer "champ de bosses", avec des creux parfois insoupçonnés. Seuls les leaders devraient profiter de ces conditions avant le franchissement du Cap Horn demain.

L’air froid du Pacifique sud commence à attaquer les organismes. Le vent va tourner sud dans la journée et le flux de l’Antarctique va glacer l’atmosphère. Et même l’immensité de ces espaces avec la proximité du continent blanc produit un bruit saisissant que les micros à bord captent dans leur plus pure définition, il y a du relief dans ce carnet de bord sonore. Et on sent la polaire sur le dos attaquée par les griffes du givre.

En ce premier jour de l’année 2021, il est à saluer le courage des skippers de ce Vendée Globe, tous les skippers. Mais cette expérience coproduite par l’artiste Molécule et Radio France est particulièrement attachée à LinkedOut et l’incroyable course que mène Thomas Ruyant. Chaque bateau et chaque navigateur a son histoire et sa série de problèmes à bord, mais en embarquant les micros, Thomas voulait partager les conditions de vie extrême des marins dans ce qui est, certes, une course, mais aussi leurs métiers. C’est réussi. On partage ce quotidien. La partie de plaisir est relative et on le sent aussi dans les vacations où fatigue et lassitude s’expriment à travers les mots prononcés par les uns et les autres.

Thomas - nous en fûmes les premiers témoins - n’a pas été aidé sur son parcours : monter en haut du mat plusieurs fois, sectionner un foil, et pomper quinze mille litres d’eau de mer entrés par l’avant du bateau. En cela, en ce premier jour de l’année, c’est pétri d’admiration que l’on voit LinkedOut occuper encore et toujours la troisième place. La ténacité de Thomas Ruyant s’exprime dans cette adversité quotidienne. Avec un bateau balloté sur un Pacifique capricieux, un Indien sans cadeaux et des instabilités météo permanentes qu’il faut gérer et anticiper.

Alors bonne année Thomas, même si à l’heure qu’il est, le vœu le plus cher du skipper est de franchir le cap Horn dans un futur proche, et plus globalement pour l’année 21, de voir les 90 demandeurs d’emploi du projet LinkedOut trouver du travail.

(Et puis un joyeux anniversaire à Basile Ruyant qui peut être fier de son père.)

Tous nos vœux à toutes et tous pour 2021. Et à nos confrères de la rédaction du Vendée Globe qui font un travail remarquable sur la couverture de la course.

L’Expérience Vendée Globe

Voix et Son : Molécule

Mixage : Bastien Varigault @ Radio France

Rédaction en Chef : Eric Valmir

Thomas Ruyant en visio pour la bonne année depuis le bout du monde, le 1er janvier 2021
Thomas Ruyant en visio pour la bonne année depuis le bout du monde, le 1er janvier 2021 (CAPTURE D'ECRAN)