"Ne pas parler des plantes, c’est un non-sens complet" : le plaidoyer d'un botaniste pour que les humains s'intéressent enfin aux végétaux qui nous entourent

Auteur de cinq best-sellers sur les plantes, Stefano Mancuso propose dans son dernier livre des récits autour des arbres, des histoires d’épicéa, de peupliers, de chênes pour démontrer qu’ils sont dans notre quotidien sous toutes les formes.

Article rédigé par Marion Lagardère
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un grand hêtre pourpre au parc de la Pépinière Nancy (Meurthe-et-Moselle).  (ISABELLE BAUDRIER / RADIO FRANCE)

Depuis une dizaine d’années, maintenant, le chercheur italien Stefano Mancuso s’attache à vulgariser ses travaux, ce sont les arbres auprès du grand public, avec succès puisqu’il est l’auteur de cinq best-sellers sur les plantes. Ce mois-ci, il publie en anglais et en italien non pas un énième livre scientifique sur les arbres, mais bien des histoires d’arbres, des portraits, des récits pour montrer qu'ils font intégralement partie de nos vies.

>> Environnement : Paola Gianotti parcourt 1 200 kilomètres pour documenter la déforestation en Amazonie

Le livre s’appelle Histoires d’arbres et regroupe huit récits, celui par exemple qui nous emmène dans l’univers de la musique classique, des violons, et donc des majestueux épicéas rouges sans lesquels Antonio Stradivari dit Stradivarius n'aurait jamais trouvé le son unique des instruments qu’il a façonné dans leur bois.

Le végétal, partout, tout le temps

Stefano Mancuso raconte aussi l’histoire de l’arbre de la liberté, le peuplier, devenu symbole de la République depuis la Révolution française, ou de cette mystérieuse échelle dont le bois a permis de résoudre un crime. En clair, ce que raconte ce livre, c’est que les plantes sont partout dans nos vies, dans les grains de café que nous buvons, dans les fibres de nos vêtements, dans nos débats sur le coût des emballages carton qui explose, dans l’incendie de Cerbère dans les Pyrénées-Orientales, ou encore dans les milliers de copies papier rendues en ce moment au bac

"En fait, explique-t-il au quotidien britannique The Guardian, quand on raconte une histoire qui parle de la vie sur cette planète, ne pas parler des plantes, c’est un non-sens complet parce qu'elles représentent 87% de tout ce qui est vivant." Sans plantes, il n’y a pas d’humains, pas d’animaux, pas d’insectes.

Ce sont les végétaux qui ont façonné cette planète et tout ce qui y grouille depuis 450 millions d’années, des dinosaures à nous. Les végétaux qui ont inventé un système vital qui nous dépasse complètement, eux qui sont statiques, ancrés au même endroit toute leur vie et qui pourtant grandissent, se reproduisent, migrent, communiquent avec les autres, tout ça en ne vivant que d’eau, de lumière et de symbiose avec la vie du sol.

Stefano Mancuso parle "d’intelligence" des plantes, autrement dit ces capacités que nous sommes difficilement capables, nous humains, de nous figurer et qui pourtant ont beaucoup à nous apprendre sur la coopération, l’échange, l’adaptation, la résilience.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.