L'étoile du jour, France info

L'étoile du jour. Le blogueur emprisonné Raif Badawi Prix Nobel de la paix ?

Coup de cœur ou coup de griffe : tous les matins, Marie Colmant distribue ses bons points. Aujourd'hui, Raif Badawi.

Le blogueur saoudien Raif Badawi, le 16 jenvier 2012, à Jeddah (Arabie saoudite).
Le blogueur saoudien Raif Badawi, le 16 jenvier 2012, à Jeddah (Arabie saoudite). (- / FAMILY ALBUM)

"L'étoile du jour" sera peut-être récompensée tout à l'heure du Prix Nobel de la Paix. Il est Saoudien et il s'appelle Raif BadawiL'un des 200 candidats ou postulants dont le nom a été soumis au comité Nobel qui doit proclamer le Prix vendredi 5 octobre à Oslo. Oui, oui, joue à joue avec Donald Trump et Kim Jong-un, le président coréen. Passons sur ces délires pour se concentrer sur Raif Badawi, blogueur saoudien, condamné il y a six ans à dix ans de prison et 1 000 coups de fouet. On précise ici que les coups de fouet sont administrés tous les vendredis par séances de vingt ou trente.

Raif Badawi voulait plus de démocratie

Quel est donc le crime commis par Raif Badawi ? Qui a-t-il assassiné ? Volé ? Personne, mais il a eu le front il y a quelques années de réclamer un peu de liberté et de démocratie dans le royaume saoudien. Il a aussi tenté de s'interposer contre le mariage arrangé de sa sœur. Mais il y a pire encore : Raif Badawi se demandait aussi à voix haute s'il n'était pas temps que l'Islam desserre un peu son emprise sur le royaume et la vie de ses habitants. C'était il y a six ans et depuis sa femme réfugiée au Canada ne cesse de plaider sa cause, un peu partout dans le monde. C'était il y a six ans, avant la montée en puissance de MBS, le fameux prince Mohammed Ben Salman, ce prince héritier présenté comme l'espoir de la démocrate en Arabie saoudite depuis qu'il a accordé le droit de conduire aux femmes. Mais l'espoir de la démocratie a fait arrêter des dizaines de militantes féministes, notamment celles qui étaient à la pointe du mouvement pour obtenir le permis de conduire, fait condamner des adolescents qui protestaient et n'a pas levé le petit doigt pour Raif Badawi.

Alors oui, ce serait vraiment bien que Raif Badawi, déjà lauréat du Prix Sakharov, reçoive ce Prix Nobel de la paix, ça mettrait un peu plus au jour la vraie nature de ce régime et de ces opposants qui ont bien besoin de notre soutien. Surtout derrière les barreaux.

Le blogueur saoudien Raif Badawi, le 16 jenvier 2012, à Jeddah (Arabie saoudite).
Le blogueur saoudien Raif Badawi, le 16 jenvier 2012, à Jeddah (Arabie saoudite). (- / FAMILY ALBUM)