Il y a 50 ans, en mars 1972, le scientifique Dennis Meadows alertait pour la première fois sur les catastrophes climatiques à venir

écouter (2min)

Son livre "Les limites à la croissance", plus connu sous le nom de "rapport Meadows", a été un best-seller à sa sortie, avant d’être oublié pendant des décennies. Cinquante ans après, il est devenu une référence pour la génération climat et est réédité en version augmentée.

Article rédigé par
Marion Lagardère - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Dennis Meadows, le 10 avril 2009, à Tokyo. (KAZUHIRO NOGI / AFP)

C’est un rapport qui a marqué les esprits quand il est sorti en mars 1972 et qui fête donc ses 50 ans, le rapport Meadows, du nom de Dennis Meadows, professeur au MIT, qui, à la demande du Club de Rome, a étudié cette question : quelles sont les limites à la croissance ? Avec une équipe de scientifiques, il s’est attelé en pleine Trente Glorieuses à cette problématique.

Si l’on produit toujours plus, qu’on consomme toujours plus, et qu’on émet toujours plus de pollution, jusqu’où peut-on aller, en partant du principe que la planète, elle, ne va pas grandir ? Verdict : quels que soient les scénarios, le résultat est toujours le même : une croissance infinie n’est pas possible et conduirait à des pénuries, d’eau, de nourriture, de matières premières, pétrole, gaz, etc. d’ici 50 à 100 ans.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Rue de l'échiquier (@ruedelechiquier)

Le rapport suggère donc aux dirigeants de l’époque d’arrêter de courir après la croissance s’ils veulent éviter guerres, famines, crise climatique et permettre à l’humanité de vivre en paix. Autant de choses que l’on sait aujourd’hui, précisément grâce à ce rapport qui à l’époque a fait l’effet d’une bombe. Dès sa sortie, le livre Les limites à la croissance devient un best-seller, il fait émerger le concept de développement durable, avant progressivement de tomber aux oubliettes, au grand dam de Dennis Meadows.

"Je pensais qu'on tiendrait compte de mes recherches"

"Quand j’ai fait cette étude, dit-il à nos confrères de France Culture, je n’avais que 29 ans, j’étais jeune et naïf, et je pensais que si je publiais mes recherches, on en tiendrait compte, on agirait en conséquence, comme quand on voit un iceberg en bateau et qu’on le contourne, c’était mon espoir mais voilà, 50 ans après, les dégâts s’empilent les uns sur les autres et nous entrons dans une ère de bascule."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Rue de l'échiquier (@ruedelechiquier)

Aujourd’hui, Dennis Meadows a 79 ans, il est régulièrement interviewé, consulté comme l’oracle qui a vu venir les défis du XXIe siècle. Mais lui est passé à autre chose. Il vit en autonomie dans sa maison aux États-Unis, cultive ses propres légumes et se chauffe au solaire. Lassé d’interpeller en vain les adultes, il travaille désormais sur des jeux pour enfants, pour faire découvrir aux plus petits, dès le plus jeune âge, les secrets de la terre, la faune, la flore, le vivant, et espérer les convaincre, eux, que la seule croissance qui vaille, c’est celle de l’émerveillement et des bonheurs simples.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.