Série : "And Just Like That" : les héroïnes de "Sex and the City" passent le cap de la cinquantaine

écouter (453min)

Dans ce spin-off de la série culte des années 90 "Sex and the City", Sarah Jessica Parker, Kristin Davis et Cynthia Nixon reprennent leurs rôles respectifs de Carrie, Charlotte et Miranda. Désormais mariés avec des enfants, leurs préoccupations ont un peu changé.

Article rédigé par
Laurent Valière - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cynthia Nixon (à gauche),  Sarah Jessica Parker 'au centre) et Kristin Davis (à droite) dans la série "And just like that"". (CAPTURE D'ÉCRAN)

Au premier abord, il faut bien avouer que ça pique un peu les yeux. Elles n’ont pas rajeuni les filles délurées de Sex and the City, la série fashion et culte des années 1990. Une série révolutionnaire qui libère la parole des femmes, lorsqu’elle apparait sur HBO en 1998 emmenée par Sarah Jessica Parker dans le rôle de cette chroniqueuse d’un quotidien qui raconte la vraie vie de celles qu’on appelait les célibattantes, ces célibataires de 30 ans à New York, leurs frasques amoureuses et sexuelles et finalement leurs mariages.

On avait été déçu par les deux films qui ont suivi. Et voilà que la nouvelle série qui réunit trois des quatre héroïnes embrasse dès le début complètement l’histoire de femmes de 50 ans.

Depuis quelque temps, avec notamment la série de Julie Delpy On the verge, on commence à en voir des fictions qui évoquent ces cheveux qui deviennent gris ou la peau qui commence à devenir moins lisse. C’est le cas ici avec cette série qui s’intitule And Just Like That : sous entendu, et d’un seul coup, on a pris 20 ans dans la vue.

La volage Samantha, incarnée par Kim Catrall, n’est plus de la partie en raison certainement d’une mésentente avec Sarah Jessica Parker. On perd ce côté exubérant. On retrouve donc trois des amies réunies bien sûr dans un bar. On parle enfants, mariage. Mais pour le reste, cette suite signée Michael Patrick King, déjà actif sur la série et auteur des deux films, restitue avec sincérité, les pensées de ces femmes mariées avec des enfants et leurs problèmes actuels. Avec des enfants qui ont grandi, plutôt libérés, qui n’ont plus les goûts esthétiques de leur mère, des maris qui ont pris de l’embonpoint.

La série ajoute aussi une diversité bienvenue dans le casting, avec habileté. Miranda en fait des tonnes lorsqu’elle reprend des cours de fac sur la diversité à tel point que la prof noire incarnée par Karen Pittman en est gênée. Et l’arrivée de la comédienne lesbienne et activiste Sara Ramirez dans le rôle d’une animatrice de podcast va épicer ces histoires. On ne sait pas où ça nous emmène mais on y va de bonne grâce.

And Just Like That, disponible sur la plateforme Salto.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.