L'empire des séries, France info

L'empire des séries. "Stateless", plaidoyer de Cate Blanchett pour les réfugiés en Australie

Cate Blanchett produit et joue un petit rôle dans l'histoire d'une australienne retenue par erreur dans un centre de rétention de migrants en Australie. En filigrane, elle dénonce les conditions inhumaines de détentions de ces "sans patrie". 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le camp de rétention de réfugiés de Barton au sud de l\'Australie.
Le camp de rétention de réfugiés de Barton au sud de l'Australie. (BEN KING/NETFLIX)

C’est un procès à charge contre les conditions de rétention des réfugiés en Australie que cette série produite par la doublement oscarisée Cate Blanchett. 

À l'origine de Stateless, il y a une histoire vraie : une australienne schizophrène échappée d’une secte s’est retrouvée en 2004 illégalement internée durant 10 mois dans un centre pour demandeurs d’asile, avant que sa famille ne la retrouve. La série croise le destin de quatre personnages, dont Sofie une hôtesse de l’air internée par erreur.  

Inspiré d'une histoire vraie

Autour d’elle : un surveillant attiré par le bon salaire du centre, qui découvre sa réalité ; une nouvelle patronne, fonctionnaire dévouée mais débordée, et décidée à donner du lieu une bonne image à tout prix ; et de nombreux réfugiés dont un Afghan qui a fui son pays avec sa femme et ses enfants. Il attend comme les autres que son cas soit examiné afin d’obtenir un visa.  

La série en 6 épisodes est passionnante car elle offre plusieurs portraits en parallèle. Les cas de conscience de certains, les conditions difficiles des réfugiés, leur égarement, à l’image d’un vieil homme assis dans la cour avec sa valise qui reste sans parler. Aucune distraction, de peur qu’un objet se transforme en arme. Mais on n’oublie pas de réinstaller les balançoires lorsqu’une association de droits de l’homme inspecte le lieu.  

Un camp de réfugiés comme une prison

Le  casting est excellent : Yvonne Strahovski, Serena dans La Servante écarlate, incarne la jeune Sofie perdue dans ses pensées. Et Cate Blanchett s’attribue un petit rôle froid , souriant et mauvais : la compagne d’un gourou qui manipule la jeune fille.  

Une série très politique pour l’australienne Cate Blanchett , qui est aussi ambassadrice de bonne volonté pour les réfugiés aux Nations Unies. Elle a nourri l’histoire de récits de personnes rencontrées, pour montrer la situation inhumaine de ceux qu’elle appelle comme le titre de la série, sans patrie.          

Une série en 6 épisodes disponible sur Netflix.      

Le camp de rétention de réfugiés de Barton au sud de l\'Australie.
Le camp de rétention de réfugiés de Barton au sud de l'Australie. (BEN KING/NETFLIX)