Cet article date de plus de deux ans.

L'empire des séries. Les bad boys dans les séries : Walter White dans "Breaking Bad"

Chaque jour cet été, on refait la généalogie des héros de séries TV. Cette semaine, nous commencons par l'histoire des anti-héros. Dans la foulée de Tony Soprano, voici un professeur de chimie incarné avec maestria par Bryan Cranston qui se transforme en une sorte de Tony Montana dans "Scarface". "Breaking Bad", est un western moderne. Les saisons sont disponibles sur Netflix.

Article rédigé par franceinfo - Laurent Valière
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
L'acteur Bryan Cranston joue Walter White dans "Breaking Bad". (AMC)

Walter White est un petit moustachu à lunettes, terne, professeur de chimie frustré dans un lycée du Nouveau Mexique, qui cumule un petit boulot dans une station de lavage automobile. Lorsqu’il découvre le cancer du poumon qui le ronge, il se lance avec fureur dans la fabrication de métamphétamine et dans le trafic de drogue pour laisser assez d’argent à sa femme et son fils handicapé. Un aller sans retour.

Si Breaking Bad est disponible sur Netflix avec ses cinq saisons – ses 16 Emmy Awards font date – c’est qu’il bouscule le spectateur : l’empathie qu’on éprouve au début de la série pour ce petit prof ne cesse d’être remise en cause par sa dérive de plus en plus meurtrière. L’anti-héros découvre les arcanes du business de la drogue. À ses côtés : Jesse, un de ses anciens étudiants qui connaît les ficelles du métier. Ils forment un duo surprenant : le vieux n’a plus rien à perdre et le jeune paumé a la vie devant lui et effectue un chemin inverse. 

Breaking Bad est créé par Vince Gilligan en 2008. Il avait déjà collaboré à X Files. Il voulait raconter la dérive criminelle d’un Américain moyen qui se transforme en un Tony Montana de Scarface. Et il ajoute une critique du rêve américain : l’absence d’assurance maladie et la profession de professeur mal perçue, mal rémunérée. Bryan Cranston incarne de façon géniale Walter White qui passe le plus clair de son temps en slip et tablier. Jusqu’ici cantonné aux seconds rôles à cause de son profil passe partout, l’acteur affuble son personnage d’une moustache signe d’impuissance selon lui. La réalisation est musclée, réaliste,  truffée d’humour noir comme chez les frères Coen. Une série choc sujette à des spin-off et même resucée à l’image de l’autre excellente série Ozark sur Netflix.

"Breaking Bad", 5 saisons (2008-2013), disponible sur Netflix.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.