"Borgen" Saison 4 : retour au "château" de cartes politiques

écouter (3min)

10 ans après la fin du cycle, "Borgen" revient sur Netflix pour une quatrième saison, une saison plus sombre, qui évoque à la fois le changement climatique, les menaces russes. 

Article rédigé par
Laurent Valière - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Sidse Babett Knudsen reprend son rôle de Birgitte Nyborg; (MIKE KOLLOFEL / NETFLIX)

On avait quitté en 2013 la femme politique danoise Birgitte Nyborg, leader d’un nouveau parti politique démocrate. 10 ans plus tard, la voici revenue au gouvernement en tant que ministre des Affaires étrangères. Et elle va devoir mettre encore plus les mains dans le cambouis.  

Borgen, le château en français, c’est le nom de l’assemblée nationale au Danemark, et le titre d’une formidable série politique qui a fait date. La première saison racontait l’accession au pouvoir pour la première fois d’une femme au poste de Premier ministre, Birgitte Nyborg, interprétée par l’impeccable et droite Sidse Babett Knudsen. Cette saison anticipait d’un an la véritable accession au pouvoir d’une femme.

La série montrait les coulisses de la politique, les arrangements entre partis, et la difficulté pour une femme de cumuler vie politique et vie familiale. La série réaliste mettait aussi en scène des conseillers en communication et des journalistes. Elle avait été créée par Adam Price qui voulait faire oeuvre d’éducation civique.   

La 4e saison sortie vendredi 3 juin sur Netflix vise encore juste : à 3000 km de Copenhague, un immense gisement de pétrole est découvert sous les glaces du Groenland. Ce pays qui dépend encore du Danemark veut profiter de la manne de 2.000 milliards de dollars pour prendre son autonomie.

Mais des obstacles apparaissent : la présence d’une société russe à l’actionnariat de l’entreprise de forage alors que la Russie vient d’envahir la Crimée. Et le risque que ces travaux accélèrent le réchauffement d’une banquise dont les habitants prennent des morceaux pour en faire des glaçons.   

La série autrefois idéaliste se rapproche désormais plus de House of cards. Tous les coups sont permis. La Première ministre fait tout pour déstabiliser sa ministre des Affaires étrangères. Celle-ci est de plus en plus opportuniste. Ajoutez la directrice de rédaction féroce d’une chaîne de télévision, des affaires familiales, en l’occurence un fils écologiste activiste, et vous obtenez à nouveau un cocktail passionnant sur le monde tel qu’il est. Les 8 épisodes sont disponibles sur Netflix.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.