Cet article date de plus de neuf ans.

Récit d'une journée encore agitée pour le gouvernement

écouter (5min)
La droite en est persuadée: elle tient ses angles d'attaque contre le gouvernement, des arguments qu'elle n'a plus qu'à pilonner jusqu'à la chute, jusqu'à la prochaine alternance.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Et le résultat de cette stratégie de la droite, c'est le "foutoir" à l'assemblée nationale.

Il n'y a plus une séance de question d'actualités sans ces attaques récurrentes avec Jean-Marc Ayrault, Premier ministre qui en est la cible principale. Cet après-midi, les députés UMP ont quitté l'hémicycle dans le brouhaha pendant 5 minutes car Il s'agit pour eux de maintenir sous pression le Premier ministre.

Et toutes les semaines vous avez des esclandres de la sorte: Les députés se sont lancés dans un concours d'indignation pour n'importe quel motif. Le camp de François Fillon (l'autre candidat à la Présidence de l'UMP) s'offusquait aussi du comportement de Jean-Marc Ayrault.

Les excuses n'arriveront pas et ça recommencera demain! Rendez-vous à 15 heures pour une nouvelle séance de questions d'actualité houleuse.

**On a compris que tout cela n'était pas sans rapport avec la course à la présidence de l'UMP. 

Mais est-ce raison pour laquelle la droite cogne dur contre le gouvernement?**

Non. La droite emploie la même technique qu'avait
employé la gauche dans les premiers mois de Nicolas Sarkozy et qui a
fonctionné au final 5 ans plus tard.

C'est comme le bouclier fiscal des débuts de Nicolas Sarkozy...

Souvenez-vous. La gauche avait répété pendant des mois que l'ancien président ne faisait des cadeaux qu'aux riches.

Eh bien là, la droite déploie un véritable bouquet de critiques
et il en restera toujours quelques choses ça doit infuser comme disent
les communicants infuser dans l'opinion publique.L'incompétence de Jean-Marc Ayrault, la cacophonie
gouvernementale, les augmentations d'impôts tous ça seraient les
maillons faibles de l'équipe Hollande.

Les pêchés originels. La droite a rajouté ces derniers jours à cette longue liste la compétitivité.
L'argumentaire est simple; le gouvernement a
découvert que la France avait un problème de coût du travail et le
gouvernement est bien embarrassé.

Le grand symbole de ces revirements. Ce serait le rapport Gallois. Ce rapport très attendu la semaine prochaine qui préconiserait un choc de compétitivité. La droite a juste oubliée qu'elle avait aussi en son temps.

Pratiquer l'enterrement de première classe.
Souvenez-vous du rapport Attali et ses dizaines de mesures qui n'ont jamais été suivies.

Le rapport Attali était le résultat d'une commission qui rappelle furieusement celle de Louis Gallois.

Ca s'appelait la commission pour la libération de la croissance française.

Tout un poème qui a fini... à la poubelle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.