Cet article date de plus de neuf ans.

François Hollande veut toujours faire payer les très riches...

écouter (5min)
François Hollande n'envisage pas d'édulcorer la taxation à 75% des revenus au-delà de 1 millions d'euros par an. Le ministre des finances, Pierre Moscovici a tenu à démentir les rumeurs assurant le contraire. Pas à cause de ce que rapporterait cette mesure, mais à cause de son coût politique.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Cette mesure, ce n'est pas une façon de renflouer les caisses de l'Etat. D'après
les premières estimations, pendant la campagne électorale, elle aurait concerné
20 000 foyers au maximum, en ne rapportant que de l'ordre de 200 millions
d'euros. Il s'agissait avant tout d'une proposition symbolique. Quand François
Hollande la lance, il surprend tout le monde, y compris dans ses rangs. Mais il
réalise une belle opération. Il éclipse les propositions de Nicolas Sarkozy sur
l'éducation, il parvient même à susciter quelques louanges de Jean-Luc
Mélenchon. Pourtant, dès ce moment-là, en février dernier, François Hollande
vante une mesure de portée politique. Il la relie à une notion morale : le
patriotisme. " Que ceux qui sont au plus haut de la hiérarchie sociale,
qui dirigent des entreprises, payent un impôt supérieur pour que le pays se
redresse, c'est un acte de patriotisme ", explique François Hollande.

Il s'adresse très clairement à l'électorat de gauche.

Oui, il s'adresse à son électorat, pas celui qui se détourne de Nicolas
Sarkozy et compte ne pas voter, mais à un électorat de gauche, ou du centre,
qui aspire à une action politique différente. C'est l'un des seuls repères
livré par François Hollande sur son action future, s'il y a des efforts à faire,
ils seront répartis de façon plus juste, plus équitable entre les Français. A
petits moyens, petite contribution, à gros moyens, grosse contribution. Cette
morale est très appréciée à gauche. Mais si l'électorat de gauche est séduit,
celui de la droite ne l'est pas du tout. D'autant que beaucoup comprennent que
tous les revenus seront dans ce cas taxés à 75%, alors qu'il ne s'agit que des
revenus dépassant 1 million d'euros par an. La droite proteste contre la
vieille rengaine revancharde de la gauche : les riches vont payer. Même
les sportifs s'y mettent, notamment les stars du football. Et les responsables
politiques de droite trouvent là un argument plaisant contre François
Hollande : Il est comme ses prédécesseurs, idéologue, animé par sa rancœur
contre les riches, sans aucun sens des impératifs économiques.

Et l'argument est repris aujourd'hui, alors que selon des fuites dans la
presse, cette taxation serait finalement revue à la baisse.

Des fuites qui ravissent la droite, remarquent ironiquement des conseillers
de gauche, persuadés que ces rumeurs servent, à dessein, les intérêts
politiques de l'opposition. Vraies ou fausses, ces rumeurs sur l'édulcoration
de la taxe à 75% prospèrent d'autant mieux que les socialistes n'ont jamais été
très précis sur cette taxe dans le détail. A chaque précision, ils sont donc
accusés de se renier. Le fait que la taxe s'applique à un million de revenu par
personne et non par foyer, pour des revenus stables (et non exceptionnels sur
une seule année), cela pourra toujours se plaider. Les socialistes étaient
restés dans el flou. Le plus compliqué concernerait les sportifs. Quand le
monde du football a protesté, personne au PS, n'a expliqué que les athlètes de
haut niveau seraient exclus du dispositif. Aujourd'hui, Pierre Moscovici a
promis, presque solennellement, que l'engagement sur l'imposition des très
hauts revenus serait tenu. Le reste ne serait qu'affaire de modalités
techniques. Ces modalités seront fixées lors du conseil des ministres du 26
septembre. Il n'y aura ni recul ni reniement, assurent les entourages
socialistes. Sur le plan politique en tout cas, cela couterait bien trop cher à
l'image du Président.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.