Cet article date de plus de huit ans.

François Hollande : les attentes de ses opposants

écouter (5min)
François Hollande a de quoi avoir le tournis, tant les conseils se multiplient avant son interview ce soir à 20h15 sur France 2. Tous les représentants de l'échiquier politique lui délivrent leurs avis sur ce qu'il doit dire ce soir. Une façon pour eux de placer leurs pions.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

La conviction de la droite est sans nuance, François
Hollande va dans le mur, et le pays avec lui. Depuis des semaines l'opposition UMP prodigue les mêmes
recommandations, François Hollande doit changer de cap, tailler bien plus drastiquement
dans les dépenses, et baisser les impôts.

Pour l'ancienne majorité, François Hollande doit tourner le
dos à ses promesses de campagne et reprendre à son compte la stratégie politique
de l'équipe Sarkozy.

Ce conseil n'est pas aussi simpliste qu'il peut le sembler. Depuis
la victoire de François Hollande, l'UMP n'a eu de cesse de fustiger son
incompétence et son impréparation. Que François Hollande renonce à ses propositions, cela
voudrait dire qu'il reconnaît s'être trompé, et qu'il confesse indirectement
une certaine incompétence. Le moindre recul de François Hollande sur ses propositions
de candidat sera donc interprété comme un aveu de la part de l'ancienne majorité. Un aveu qui lui permettrait de mieux légitimer son propre
bilan. Car pour l'instant, l'ancienne majorité ne profite pas de la
déconvenue subie par François Hollande, le FN engrange mieux les  déçus.

Le Front National est
à l'affût également...

Pour Marine Le Pen, il n'y a pas de distinguo entre l'UMP et
le PS. La présidente du FN sait que la situation de crise alimente
un vote d'écœurement envers son mouvement.

Elle cherchera donc à assimiler le discours de François
Hollande à celui de Nicolas Sarkozy avant lui, celui des promesses non tenues.

Une attitude qui est
également celle de Jean-Luc Mélenchon, au Front de gauche.

L'ancien socialiste a
la dent très dure vis-à-vis de ses anciens camarades. Il est persuadé que par manque d'ancrage à gauche, François
Hollande court à un échec dont le Front de gauche serait le héros. Emporté par son élan, Jean-Luc Mélenchon a fustigé Pierre
Moscovici accusé de ne plus " penser en français mais dans la langue de la
finance internationale ". Pour bien des socialistes, il a franchi la ligne,
ce qui peut embarrasser ses alliés communistes. Lesquels n'ont pas intérêt à se
 fâcher avec les socialistes avant les
municipales. Le Front de gauche devra donc affiner ses critiques afin qu'elles
ne mènent pas le PS à couper les ponts.

Mais au sein de la majorité
aussi, les attentes sont fortes.

Depuis 10 mois, le
camp majoritaire s'illustre par des couacs répétés. La majorité s'autorise toutes les incartades. Alors que les uns s'insurgent contre les excès de Jean-Luc
Mélenchon, voilà qu'un député socialiste.

Pascal Cherki accuse François
Hollande de "gérer comme un président de conseil général "

Au-delà des arguments destinés à ses électeurs, François
Hollande doit aussi adopter une attitude qui en impose à cette majorité indisciplinée. Ce n'est pas le but premier de cette intervention, à l'adresse
des Français, mais cela en constitue une figure imposée incontournable.

Nous pourrons juger
sur pièce ce soir sur France Info. Toute l'intervention de François Hollande sur
France 2 à
20h15 est
diffusée également en direct sur France Info, suivie des réactions en direct
des représentants de tout l'échiquier politique.

 

 

 

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.