L'édito politique, France info

FN : le sondage qui inquiète

Les politiques relativisent souvent la portée des sondages quand ils leur sont défavorables. Ce n'est pas le cas de l'enquête IFOP publiée par le Figaro ce lundi. Sondage qui confirme la progression du FN et qui fait trembler les états-majors de l'UMP et du PS. Et pour cause, Le Front national sortirait en tête du premier tour des départementales dans un mois.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

30% des intentions de vote, devant l'UMP et son allié de l'UDI crédités de 28% des voix. Le PS serait relégué en 3ème position avec 20% seulement des suffrages. Aucun autre parti ne franchirait la barre des 10%. Dans le sondage publié ce lundi par Le Figaro, le FN confirmerait donc sa place de premier parti de France sur le plan électoral. Comme aux européennes en mai 2014. A l'époque le Front National avait récolté 25% des voix, devant l'UMP et déjà loin devant le PS. Le Front national avait alors revendiqué son statut de premier parti de France, imprimant à la hâte des affiches pour mieux le claironner. 

Alors ce sondage est tout de même à relativiser car les élections locales sont les moins politisées. Les départementales, c'est un scrutin de notables. On choisit des personnalités connues localement avec un fort ancrage. Or, les candidats FN sont souvent inconnus, voire novices en politique. Et puis il faut passer la fameuse barre des 12,5 % pour se maintenir au 2eme tour. 12,5% des inscrits et non des votants. Et l'abstention s'annonce à nouveau très forte. La qualification sera donc difficile pour le 2eme tour et il devrait y avoir peu de triangulaires et encore moins de quadrangulaires.

Mais le Front national mise tout de même beaucoup sur ce scrutin

Le FN a fait un gros effort de recrutement et d'investiture. Il aura des candidats quasiment partout aux prochaines élections départementales. Dans 93% des cantons précisément. Alors qu'il était présent dans trois cantons sur quatre en 2011. 93% des cantons, c'est davantage que le PS et l'UMP avec leurs alliés respectifs. Et puis si l'abstention s'annonce à nouveau très importante, les électeurs FN sont les plus déterminés à voter toujours d'après ce sondage IFOP.  Le FN espère donc renforcer le maillage territorial engagé lors des municipales de l'an dernier. Alors que le parti n'a que deux conseillers généraux pour l'instant. L'objectif, c'est que le Front national devienne un Front local.  Avec même pourquoi pas, un département ou deux. Le Vaucluse et l'Aisne notamment sont dans le viseur du FN qui sera également en position de faiseur de roi pour le 3eme tour de ces départementales, l'élection des Présidents de Conseils généraux. De quoi mettre l'UMP à nouveau en difficulté.

L'UMP qui s'inquiète de la progression continue du FN, tout comme la majorité

"Attention, le FN est aux portes du pouvoir " prévenait Manuel Valls en septembre dernier... Le Premier ministre qui évoque souvent la question dans ses discours ou interviews. Comme François Hollande samedi, il en a d'ailleurs parlé ce matin lors de sa visite du salon de l'agriculture. "Voter FN, c'est détruire le modèle européen qui a soutenu l'agriculture française " prévient Manuel Valls alors que le vote FN ne cesse de progresser en zone rurale. Inquiétude aussi vous l'avez dit à l'UMP en raison de la porosité des électorats droite/extrême droite. Porosité illustrée par un autre sondage la semaine dernière, enquête TNS-Sofres pour France Info : 50% des électeurs UMP veulent des alliances avec le FN pour les départementales et les régionales.L'heure est donc à la dramatisation au PS comme à l'UMP à l'image de l'avertissement lancé par Jean-Pierre Raffarin la semaine dernière. Pour l'ancien Premier ministre, Nicolas Sarkozy comme François Hollande peuvent être battus par Marine le Pen à la Présidentielle de 2017.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)