ÉDITO. Les cartes postales estivales des ministres et des élus, une façon de faire de la politique tout en cassant une image froide et distante

Partager leurs vacances semble pour les politiques une étape obligée. Une façon de paraître un peu plus humain, tout en distillant de subtils messages très politiques.
Article rédigé par franceinfo - Aurélie Herbemont
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Bruno Le Maire, Olivier Véran et Laurent Wauquiez sur les réseaux sociaux cet été. (INSTAGRAM / CAPTURES D'ECRAN)

Si vous n’avez pas réussi à décrocher des réseaux sociaux pendant les vacances, vous n’avez pas pu rater Laurent Wauquiez sur les routes de Saint-Jacques-de-Compostelle ou Bruno Le Maire en chaussures de marche à Chamonix. 

Et c'est sans compter les influenceurs cuisine, comme le patron du Parti communiste, Fabien Roussel, qui vous livre depuis un camping sa recette de la salade de harengs, ou bien le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, qui découpe des carottes en T-shirt, pas rasé. Et il y a aussi le compte Instagram de Marlène Schiappa. L’ancienne ministre fait des manèges à New-York ou du bateau en Corse.

Se donner une image plus humaine... tout en faisant de la politique !

Tout ça, ce sont des cartes postales estivales, signées par les personnalités politiques. Leur objectif est moins de partager leurs vacances que de ne pas se faire oublier, et surtout de les rendre plus humains. Le message, c'est un peu celui-ci : "oui je fais de la politique mais je suis comme vous, j’aime me détendre". Le réel but, c'est de casser l’image du monstre froid qui colle souvent aux politiques.

Évidemment, ça leur permet aussi de faire de la politique. Rien n’est anodin et, vacances ou pas, il y a généralement un message quand on se montre. Alors, que nous dit Laurent Wauquiez avec Saint-Jacques-de-Compostelle ? Qu’il est sportif car c’est une longue randonnée, qu’il aime contempler les paysages, deux éléments bons pour l’image, et au passage, avec ses photos de cathédrale ou de lui devant le panneau "route des pèlerins", il fait un gros un clin d'œil aux racines chrétiennes de la France. Un sujet qui lui est cher et dont il parlera sans doute sur un autre chemin : celui qui mène à une éventuelle candidature à la présidentielle de 2027.

Fabien Roussel lui aussi fait de la politique, en peaufinant son statut d’élu qui se veut proche du peuple en allant au camping. Il y a quelques jours il apparaissait dans un sondage comme la personnalité préférée des électeurs de gauche. Il faut bien entretenir ce résultat.

La discrétion plutôt que le 'bad buzz'

Toutes les personnalités politiques n'utilisent pas ces cartes postales estivales. Vous ne verrez pas Marine Le Pen en vacancière, ni même Jean-Luc Mélenchon. Pour eux, ce qui est privé doit rester privé. Ils ne font du tout la promotion de leurs vacances. Edouard Philippe lui assure sur les réseaux sociaux la promotion... de son livre qui sort à la rentrée. Quant à Gérald Darmanin, il la joue boulot-boulot en allant voir des policiers quasiment tous les deux jours, photos à l’appui.

Chacun sa stratégie. La discrétion quant aux loisirs est parfois la bonne méthode. Car trop de bling-bling, de barbecues ou de voyages au bout du monde avec un bilan carbone conséquent peuvent faire regretter aux politiques leurs quelques jours de vacances.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.