L'auto, France info

Sondage : les Français, automobilistes chevronnés, mais…

L'équipementier Continental vient de révéler les résultats d'une enquête menée dans plusieurs pays et qui compare l'attitude et les attentes des consommateurs vis-à-vis de leur voiture.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Les nouveaux usages tels que l'auto-partage (ici à Paris avec Autolib) ne concernent encore qu'une petite minorité de Français © MaxPPP)

 Les Français affectionnent leur voiture : ils sont deux tiers à déclarer "aimer", ou aimer "vraiment" leur voiture. Et 86% des automobilistes veulent posséder leur propre véhicule, ils disent que c'est encore plus important aujourd'hui que du temps de leurs parents. C'est un pourcentage élevé, presque aussi élevé qu'aux Etats-Unis, ou que dans des pays qui s'ouvrent à la voiture individuelle comme la Chine.

Le co-voiturage encore à la traîne

Pour l'instant, seulement 7% des Français optent pour une alternative à l’utilisation "classique" de leur voiture telle que l’auto-partage ou le covoiturage. C'est un début, sachant que ce chiffre ne cesse de monter et que presque la moitié des Français se disent ouverts à tout autre mode de transport.

Les Français sont deux fois moins regardants sur l'image que donne leur voiture que les Chinois. Sur cette question, les Allemands restent les recordmen mondiaux, ce sont eux qui attachent le plus d'importance à l'image que leur véhicule dégage.

Les technologies embarquées n'emballent pas les Français

Seulement un tiers des automobilistes français se dit intéressé par les nouvelles technologies embarquées dans les voitures ou par la "voiture autonome" (qui conduit toute seule), c'est deux fois moins que les Allemands et beaucoup moins que les Chinois  qui eux souhaitent la conduite autonome à 82%. Un petit peu frileux sur la technologie à tout crin, les Français... Et moins "modernistes" que les citoyens de ces "pays émergents", qui semblent raffoler des innovations et de tout avant-gardisme.

(Les nouveaux usages tels que l'auto-partage (ici à Paris avec Autolib) ne concernent encore qu'une petite minorité de Français © MaxPPP)