Cet article date de plus de sept ans.

Offensive chinoise : les choses se précisent

écouter (10min)
L'offensive des constructeurs automobiles chinois n'est plus une menace en l'air : les opérations d'envergure ont commencé ! Même si ce n'est pas encore très apparent en Europe de l'Ouest.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Les constructeurs chinois ne se contentent plus de jouer "à domicile", en fabriquant des voitures pour leur seul marché.
Depuis dix ans, ils exportent aussi vers plusieurs pays. Ne regardez pas que l'Europe, où les ventes de voitures chinoises ont plus ou moins avorté (quelques autos vendues en Grèce, et en Europe de l'est).
Mais depuis deux ans, la Chine a vendu, hors de ses frontières, pas moins d'un million de voitures.
Cela, c'est pour la vente.

Les marques chinoises ont déjà 11 usines à l'étranger

Il y a aussi les centres de productions : déjà onze usines automobiles chinoises, à l'étranger.
Dans l'Union européenne, il y a Great Wall ("Grande Muraille"), en Bulgarie ; quatre usines en Russie (la Russie qui est en train de devenir une "base arrière", pour la production des marques chinoises).
Il y a aussi des usines automobiles chinoises en Ukraine, en Biélorussie, en Iran, et puis dans le sud-est asiatique.
C'est vraiment le début d'une offensive de grande envergure.

Les marques chinoises veulent conquérir leur propre marché

D'autant qu'il y a aussi une offensive des constructeurs chinois en Chine.
Chez eux, à "domicile" – sur le marché automobile chinois qui est, de loin, le plus grand du monde – les constructeurs chinois s'apprêtent à passer à l'attaque !
Aujourd'hui, seulement 30% des voitures vendues en Chine proviennent de marques "totalement" chinoises (les autres proviennent de constructeurs occidentaux, ou japonais, qui construisent en association avec des entreprises locales).
Le gouvernement chinois vient d'annoncer un objectif : la proportion de voitures "totalement" chinoises vendues en Chine devra être portée à 60% : le double !
Cela va faire, dans les années qui viennent 7 à 8 millions de voitures qui vont échapper aux marques implantées en Chine, comme Volkswagen, General Motors, PSA.
D'où un manque à gagner pour tous ces constructeurs pour qui la Chine est aujourd'hui un "eldorado".

Chiffres et données statistiques : Jean-Michel Prillieux, du cabinet d'analyse Inovev.

En Bref...

De belles perspectives pour Valeo
Valeo, c'est un des grands fournisseurs automobiles, dans le monde.
Au-delà de ses bons résultats financiers, publiés il y a quelques jours, Valeo annonce la construction prochaine de six nouvelles usines ; dont quatre en Chine.
En Chine, pas pour délocaliser ; mais pour fournir des pièces aux constructeurs implantés en Chine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.