L'auto, France info

Les chiffres d'immatriculation des constructeurs en partie truqués

C'est aujourd'hui que sont tombés les statistiques de ventes de voitures, pour le mois précédent. Des chiffres scrutés par les analystes. Mais il ne faut pas ignorer la "petite cuisine" à laquelle se livrent les constructeurs, avec les chiffres de ventes de voitures.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

C'est rituel : tous les mois, les analystes se penchent sur le marché. Ils l'auscultent ; et ils en tirent des tendances ; ils établissent des classements, entre les constructeurs.
Et vous comprenez bien que les constructeurs ont avantage à avoir les résultats les meilleurs qui soient.

Il y a de "petits arrangements" avec les chiffres...

Pas de trucage, dans les décomptes de voitures vendues : pas de bidouillage sur les chiffres eux-mêmes.
Mais, de petits subterfuges, pour grossir les ventes, en fin de mois – surtout lorsque la tendance n'est pas bonne. Les constructeurs immatriculent de faux "VD" (véhicules de démonstration), qui sont juste des autos, sur parc de stockage, mais qui ne roulent pas ; et ne sont pas livrées à des clients.
Ces "fausses" voitures de démonstration rentrent dans les statistiques de vente. Mais c'est de la vente fictive : elles ne sont pas vendues à de vrais clients. Elles vont rester sur des parcs de stockage.
Et, en attendant, elles "gonflent" artificiellement les chiffres de vente.

Des immatriculations "bidon", surtout en fin de mois

Cette pratique des immatriculations "bidon" provoque un échauffement à chaque fin de mois : durant les 6-8 derniers jours du mois – si vous suivez les immatriculations à la loupe – vous voyez des paquets de voitures – de tel, ou tel modèle – qui sont, soudainement, vendues.
Et là,  en fin d'année, la pratique est encore intensifiée : pour avoir les chiffres de ventes – sur l'année – les meilleurs possible, les constructeurs font chauffer les immatriculations "sur parc" !

En Bref
Fin des coopérations techniques, entre PSA et Renault
Les dernières collaborations qui existaient encore entre les deux, était la "Française de mécanique", qui conçoit et fabrique des moteurs ; et la société "STA", qui fabrique des boîtes de vitesses.
L'activité de ces deux entreprises n'est pas menacée.

(©)