Cet article date de plus de neuf ans.

Le Macan, le nouveau 4x4 de Porsche

"La pratique de l'auto dimanche" avec Denis Astagneau. Porsche est connu pour ses voitures de sport et pourtant le constructeur sort déjà le deuxième 4X4 de la marque, le Macan.
Article rédigé par Denis Astagneau
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
  (© Porsche)

Après le Cayenne, voici le Macan (ça signifie tigre en indonésien parait-il). C'est ce que Porsche appelle un SUV compact. En fait, il est à peine moins long et plus bas, mais pas moins épicé que le Cayenne, sur la base d'une Audi Q5, puisque Porsche fait maintenant partie du même groupe Volkswagen. Il a le même museau agressif que son grand frère et il cache un troupeau de chevaux sous son capot et pléthore de technologie dans l'habitacle. D'ailleurs quand on s'assoit à bord, on retrouve l'ADN de la marque de Stuttgart : le compte tour au centre du tableau de bord, derrière le volant et une console centrale imposante et constellée de boutons. Un peu à contre courant de la mode, pourrait-on dire puisque l'intérieur, très épuré de la 308 Peugeot par exemple, a gommé toute acné, toute protubérance sur la planche de bord. Tout est reporté sur l'écran tactile.

Chez Porsche, on en reste à un bouton, une fonction. Soit pour régler les amortisseurs, soit pour changer de style de conduite. Autant pour la clim et la radio. Ça incite sans doute les conducteurs à se prendre pour des pilotes de 747. Il faut dire que les prix sont à la hauteur du salaire d'un commandant de bord long courrier. 59.000 euros et des poussières, prix de base, c'est 7.000 euros de moins seulement que le Cayenne. Alors est-ce que le jeu du Macan en vaut la chandelle ?

C'est vrai, hormis la position de conduite plus haute, on pourrait se croire dans une 911, plus que dans une Panamera quand on est sur la route, mais quand on quitte le bitume, sur les chemins de terre, le Macan est tout aussi agile et sûr. A condition bien sûr de ne pas surestimer la garde au sol de ce 4X4 qui n'est pas vraiment un tout terrain. Et puis la grosse différence avec la 911, c'est le moteur diesel, un V6 de 258 chevaux que plus de la moitié des clients vont choisir, car il est propre, ni particule, ni oxyde d'azote, et il consomme moins de 7 litres au 100. Mais il n'échappe pas à un malus maousse 2.200 euros. Cela dit, à côté des 8.000 euros de taxe des essences V6 bi turbo de 340 et 400 chevaux, c'est presque anecdotique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.