Trek to Yomi : Un jeu en noir et blanc au temps des samouraïs

écouter (3min)

Trek to Yomi est un jeu singulier. Non pas parce qu'il se passe au temps des samouraïs, il y en a eu d'autres, mais parce qu'il se nourrit de nombreuses références cinématographiques et surtout que c'est un jeu vidéo en noir et blanc.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Hiroki, le samouraï qu'incarne le joueur dans Trek to Yomi, nouveau jeu de samouraï en noir et blanc. (Devolver Digital, PlayStation)

Plonger dans Trek To Yomi, disponible sur PC et consoles, c’est faire un retour dans le passé, dans le Japon, en pleine période Edo qui débute dans les années 1600. C'est la période qui voit naître les célèbres samouraïs. Le joueur en incarne un dans ce jeu en noir et blanc singulier à plus d'un titre. Explications avec Brice N'Guessan, directeur de la rédaction de Jeux Vidéo Magazine.

franceinfo : Trek to Yomi nous met donc dans la peau d'un jeune samouraï ?

Brice N'guessan : Oui, dans la peau du jeune Hiroki, un orphelin recueilli par le maître Sanjuro, vous allez apprendre l’art du Bushid, celui de maîtriser aussi bien les armes que votre esprit. Trek To Yomi, c’est l’histoire d’une vengeance mais aussi un voyage introspectif puisque dans la mythologie japonaise le Yomi symbolise le monde des morts. Je ne vais pas vous en dévoiler plus à vous de décider la voie que vous souhaitez prendre.

Derrière ce jeu d’action classique où l’on enchaîne les combats au sabre, Trek To Yomi a une particularité qui le démarque des productions actuelles.

Je pourrais vous dire que c’est assez singulier d’avoir derrière ce jeu de Samouraïs un studio Polonais dirigé par un italien mais la particularité de Trek To Yomi c’est d’être intégralement en noir et blanc. Un choix artistique que l’on doit justement au directeur de la création Leonard Menchiari. Cet italien qui a grandi avec les westerns de Sergio Leone comme Le Bon la Brute et le Truand ou encore Il était une fois dans l’Ouest va découvrir que certains longs métrages du réalisateur italien s’inspire des films d’Akira Kurosawa. Et c’est avec le film les Sept Samouraïs que Leonard Menchiari va tomber amoureux du cinéma japonais des années 50.

Il est à cette époque à l’université, mais cette passion va l’inspirer des années plus tard pour Trek To Yomi…

Le studio va piocher allégrement dans les films de Kurosawa : cadrage, lumière, mouvements des personnages, le jeu se veut authentique avec un soin particulier apporté aux différents lieux que vous parcourez pour retranscrire avec justesse l’époque Edo : les dojos, les restaurants, les sanctuaires ou encore les cimetières. Il en est de même pour la bande son et même le doublage des personnages qui est en japonais histoire de vous immerger complètement dans l’ambiance. Les développeurs le revendiquent Trek To Yomi est un hommage aux films du réalisateur japonais.

Est-ce un jeu que vous conseillez aux joueurs ?

Le jeu n’est pas exempt de défaut puisqu’on peut lui reprocher une certaine répétitivité mais sa facilité le met à la portée de tous. Cette expérience qui vous demandera entre quatre et cinq heures et suffisamment dépaysante pour succomber à l’appel du Japon Féodal.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.