Jeux vidéo. Deathloop : le jeu qui tire dans le mille

écouter (3min)

"Deathloop" est un nouveau jeu de tir français qui bouscule les codes du genre en plongeant le joueur dans une ambiance rétro-futuriste des années 60.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Capture d'écran de la bande-annonce officielle du jeu Deathloop publiée sur YouTube le 25 février 2021. (FRANCEINFO)

Que vaut Deathloop, le nouveau jeu de tir du studio français Arkane, disponible sur PC et PlayStation 5 ? Réponse avec Brice N'Guessan, directeur de la rédaction de Jeux Vidéo Magazine.

franceinfo : Deathloop est un jeu de tir qui bouscule les codes habituels du genre. Pourquoi ?

Brice N'Guessan : Derrière Deathloop, Arkane, un studio français à qui l’on doit notamment l’incontournable Dishonored. Il revient cette fois avec un jeu de tir portant la griffe du studio de Lyon : une direction artistique singulière, des personnages hauts en couleurs, mais surtout un éventail de possibilités pour faire de ce titre un jeu de tir pas comme les autres.

A commencer par l’ambiance sixties qui est un véritable marqueur pour les développeurs. Ils se sont nourris de cette période : James Bond, Les Beatles, les débuts d’Yves Saint Laurent, la conquête spatiale. Deathloop, c’est un condensé des années 60 revu et dynamité pour offrir un jeu de science-fiction rétro vraiment à part.

Le jeu débute par votre mort. Colt, le héros que vous incarnez, se retrouve piégé dans une boucle temporelle.

Brice N'Guessan

Jeux Vidéo Magazine

Un univers singulier pour une histoire qui l’est également…

Singulier, c’est le terme qui qualifie le mieux Deathloop. Le jeu débute par votre mort, ou plutôt votre mort n’est que le début du jeu... ou du moins une étape. Colt, le héros que vous incarnez, se retrouve piégé dans une boucle temporelle où chaque jour les mêmes événements se répètent sur l’île de Blackreef. Une île et des phénomènes paranormaux, où l’on promet une jeunesse éternelle grâce à cette fameuse boucle temporelle.

Vous allez vite comprendre que vous devez briser cette boucle et la quitter sous peine de recommencer inlassablement la même journée. Pour cela, il faudra se débarrasser de huit cibles, les "visionnaires", comme on les appelle. Et parmi eux, Juliana, une mystérieuse femme qui vous poursuivra sans relâche tout au long du jeu.

Et pour se défaire de ces cibles et autres ennemis, Deathloop ne fait pas tout comme les autres…

Quand on parle jeu de tir, on pense à Call of Duty ou encore Battlefield. Mais Deathloop évolue dans un autre registre. Chaque boucle temporelle est l’occasion d’en apprendre plus sur vos ennemis et vos cibles, pour mieux les attaquer. La furtivité ou la manière forte, à vous de choisir.

Les armes ne sont pas vos seuls atouts, pirater des appareils à distance pour détourner l’attention, se téléporter ou encore lancer des ennemis : c’est un échantillon des pouvoirs spéciaux que vous pourrez acquérir au fil du jeu. Autant de possibilités qui offrent au joueur une grande liberté d’action et de créativité, histoire de ne pas tourner en rond...

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux vidéo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.