Cet article date de plus de sept ans.

La difficile culture de l'Angélique

écouter (5min)
Fleuron de l’horticulture niortaise, "l’Angélique", plante bisannuelle, réputée en confiserie, disparaît malheureusement peu à peu du jardin familial.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (© Maxppp)

Cette magnifique ombellifère a un fort et beau développement. Sa fleur qui ressemble un peu à une grosse carotte ou à la grande Berce, est du plus bel effet au jardin.

Le jardinier qui en possède se prend parfois à douter de la justesse de son semis."L’Angélique" comme le cerfeuil tubéreux, fait partie de ces plantes capricieuses et à la faculté germinative difficile. L’idéal serait de semer les graines très fraîches, issues de la floraison de l’année.

Parfaitement rustiques, les Angéliques n’ont pas besoin de protection l’hiver. Procurez-vous ces bisannuelles en jardinerie ou dans les fêtes des plantes. Elles ont besoin de s’installer profondément, mais elles craignent la concurrence de toute autre culture à leurs côtés.

Elles n’apprécient pas non plus les engrais et les pesticides. En début de saison, elles demandent à être régulièrement sarclées et désherbées.

La récolte interviendra selon les régions et le climat, avant l’été

Attention, c’est en bâtons de pétioles confits dans le sucre que l’Angélique se conserve le mieux, mais quelques recettes du Poitou sont à la base des plats originaux de confitures, de pâtisseries ou de liqueurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.