Jardin, France info

Jardin. Les jardins de la Villa Noailles, à Grasse

Après avoir construit la célèbre Villa Noailles de Hyères, le vicomte a créé de superbes jardins, à Grasse.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Bordure à l\'anglaise, au printemps, dans les Jardins de la Villa Noailles, à Grasse, dans les Alpes-Maritimes. 
Bordure à l'anglaise, au printemps, dans les Jardins de la Villa Noailles, à Grasse, dans les Alpes-Maritimes.  (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Les jardins de la villa Noailles à Grasse font partie de ces lieux dont on tombe amoureux tout de suite, là, comme ça. Un coup de foudre quoi ! De la terrasse de la bastide provençale typique, on embrasse du regard l’œuvre du vicomte Charles de Noailles.

Raffiné et sauvage à la fois

Le terrain en pente se décline en restanques bordées ou traversées de chemins d’eau. Oliviers, double bordure à l’anglaise, champ de pivoines, sous-bois se succèdent jusqu’à la grande prairie où fleurissent au printemps magnolias et cerisiers du Japon.

Sandrine Mognot est depuis 12 ans la chef d’orchestre de ces jardins. Elle a à coeur d’entretenir l’esprit insufflé par le vicomte : "Quand on ne connaît pas la personne qui a créé, on va consulter les documents dont on dispose. En l'occurence, un inventaire botanique réalisé en 1978, des photos du jardin de sa création, en 1947, jusqu'à la mort du vicomte, en 1982. Je m'inspire de ce que j'ai appris du vicomte et je laisse aussi s'exprimer mon ressenti pour être en accord avec cette poésie, cette sensibilités qui étaient les siennes. Et je suis très attentive au maintien d'un certaine équilibre entre un côté raffiné, très entretenu et un côté sauvage et rustique." 

Sandrine Mognot, jardinière en chef aux Jardins de la Villa Noailles, à Grasse. 
Sandrine Mognot, jardinière en chef aux Jardins de la Villa Noailles, à Grasse.  (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Explorer, découvrir, contempler

À la villa Noailles, pas vraiment de visite guidée et tant mieux. Sandrine tient à ce que chacun puisse déambuler à sa guide, arpenter les escaliers comme il le souhaite, explorer, s’asseoir, contempler pour profiter intimement de l’esprit du lieu. Et elle a raison.

Il faut prendre le temps de passer sous la pergola d’arbres de Judée (Cercis siliquastrum), de partir à la découverte du chemin de la gargouille, admirer ce mur d’eau inspiré par la villa d’Este en Italie. Et se laisser surprendre : "L'herbe est un peu haute parfois. Il faut être volontaire et motivé pour y aller. Pour moi, c'est important de laisser les gens aller un peu partout, sortir du plan et des chemins tracés. Ce jardin, on ne s'y sent pas prisonnier mais libre, très libre."

Les jardins de la villa Noailles ne sont pas ouverts en permanence à la visite. Plus d’infos sur les sites internet de l’office du tourisme de Grasse ou du département des Alpes Maritimes.

Merci à Sandrine Mognot pour son accueil et ses récits passionnés. 

Bordure à l\'anglaise, au printemps, dans les Jardins de la Villa Noailles, à Grasse, dans les Alpes-Maritimes. 
Bordure à l'anglaise, au printemps, dans les Jardins de la Villa Noailles, à Grasse, dans les Alpes-Maritimes.  (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)