À Wavre, en Belgique, on végétalise les façades des bâtiments

écouter (3min)

Dans cette ville wallonne, les habitants sont invités à végétaliser les façades. La commune subventionne une grande partie de cette mise en vert.

Article rédigé par
Isabelle Morand - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La façade de la mairie à Wavre, en Wallonie, est complètement végétalisée.  (ISABELLE MORAND / DIDIER HIRSCH / RADIO FRANCE /FRANCE INFO)

La ville de Wavre en Belgique lance une opération de végétalisation des façades, avec un objectif principal : favoriser la biodiversité et la circulation de la faune. Les autres atouts de cette opération sont nombreux : la végétation réduit l’impact des bruits environnementaux, elle apporte de la fraîcheur et crée de l’interaction sociale.

Chèvrefeuille et clématite, un beau duo pour végétaliser les façades.  (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

La commune se charge de la partie technique

Chaque habitant peut faire une demande de végétalisation de façade. Si elle est acceptée, la mairie intervient techniquement pour créer une fosse de plantation.

Marianne Cwiek, éco-conseillère à la ville de Wavre : "Les services techniques ouvrent le trottoir, enlèvent les dalles, le revêtement, creusent une fosse, apportent du bon terreau qui permettra aux plantes de bien se développer.

Ce n'est pas possible partout, en raison de la présence des tuyaux de gaz ou des gaines électriques, ou de la largeur insuffisante de certains trottoirs."

"Quand aménager une fosse de plantation est impossible, les habitants ont la possibilité de végétaliser à partir de leur balcon."

Marianne Cwiek, éco-conseillère

à franceinfo

Marianne Cwiek, éco-conseillère à la ville wallonne de Wavre. (ISABELLE MORAND / DIDIER HIRSCH / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Une végétalisation largement subventionnée

La ville de Wavre prend donc les travaux en charge mais elle subventionne également l’achat des végétaux et des supports pour plantes grimpantes, à hauteur de 80% de la dépense pour un montant maximum de 200 euros par bâtiment.

Les habitants ont alors le choix entre des supports en bois ou des câbles en métal. Puis ils choisissent leurs plantes grimpantes dans une liste étudiée et établie par la commune. 

"Nous sommes d'abord partis sur des plantes grimpantes indigènes. Elles ne sont pas très nombreuses. Nous avons retenu le houblon, le lierre, le chèvrefeuille des bois. La clématite des haies a été écartée, car elle est trop difficile à gérer. Le liseron n'a évidemment pas été retenu non plus. Il n'a pas besoin d'être subventionné, il viendra bien s'installer tout seul !

Nous avons donc ajouté dans la liste des hortensias, du jasmin, de la bignone, de la vigne, des fruitiers palissés, des clématites qui se tiennent sages..."

"Les habitants peuvent trouver leur bonheur dans une liste d'une vingtaine de plantes."

Marianne Cwiek

à franceinfo

La bignone fait partie des plantes autorisées à Wavre pour végétaliser les façades.  (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Arbres gratuits pour tous ! 

Les habitants qui végétalisent leur façade s’engagent évidemment à l'entretenir et à remplacer les plantes à leurs frais si elles meurent.

L’exemple de Wavre n’est pas unique en Wallonie, une région particulièrement dynamique en matière de maillage urbain et d’initiative pour l’environnement.

Samedi prochain le 27 novembre, comme chaque année, la région wallonne organise des distributions d’arbres. À Wavre, ce sont 2700 arbres qui seront distribués gratuitement aux habitants. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.